EDF a quitté Mendoza

Électricité_de_France_logo.svgDans un contexte plutôt agité en France, où l’ancienne entreprise publique a été transformée -ainsi que sa cousine GDF- en société anonyme, EDF s’est séparée début juillet de sa filiale mendocine Edemsa. La vente des 51% de la compagnie locale, qu’Electricité de France contrôlait à travers le holding Sodemsa, a été annoncée à la mi-juin, mais un désaccord avec un fonds d’investissement propriétaire d’une partie de la dette d’Edemsa l’a repoussée de quelques semaines.

La province de Mendoza, qui détient 39 % de Edemsa, a de son côté soutenu un groupe d’inves-tisseurs argentins déjà présents dans l’entreprise, réunis au sein de la Inversora Andina Distri-buidora Eléctrica (Iadesa), qualifiant le fonds anglais Ashmore de « vautour« . Les nouveaux action-naires majoritaires de Edemsa sont José Angulo (ancien propriétaire des supermarchés Vea), Juan Carlos Angulo, Jacques Matas et Omar Alvarez. Coté français, les négociations ont été menées par Henri Ducré puis par Yves Desrosseaux.

Le flou sur les conditions financières de cette vente a provoqué une petite polémique, puisque la presse argentine a assuré que EDF avait vendu à perte ses parts de Edemsa, pour un montant oscil-lant entre 30 et 50 millions de dollars, alors que, selon le journal La Nación, EDF aurait investi 230 millions de dollars dans cette entreprise en 1997. Depuis Paris, EDF a démenti cette information, sans préciser le montant exact de la vente.

Le processus de cession des actions d’EDF aux nouveaux responsables de Edemsa devrait prendre trois mois. À partir de là, les Argentins devront trouver un moyen de rééchelonner la dette de plus de 105 millions de dollars, en défaut de paiement, que maintient l’entreprise avec le fonds Ash-more et plusieurs banques argentines privées. Selon le journal Los Andes, des discussions seraient déjà en cours entre ces groupes et les nouveaux responsables de l’entreprise, qui ont assuré « être là pour longtemps » et ne pas attendre de bénéfices « avant 7 ou 8 ans« . Par ailleurs, Edemsa pourrait de nouveau demander au gouvernement de Mendoza une hausse des tarifs, puisqu’une renégo-ciation du contrat de concession de l’entreprise devrait avoir lieu avant le fin de l’année.

Quelques jours après l’annonce de l’accord entre EDF et les investisseurs argentins, l’administration locale de régulation du marché de l’électricité (EPRE) a annoncé que Edemsa devrait rembourser dans les prochaines semaines près de 640.000 pesos à ses clients, suite à des amendes infligées à l’entreprise par l’EPRE entre 1999 et 2002 pour non-respect du contrat de privatisation.