Noël aux quatre coins de la France : une tradition incontournable

Les préparatifs de Noël ont commencé en France. Les grands magasins parisiens ont dévoilé leurs traditionnelles vitrines illuminées et la chasse aux cadeaux a commencé. Retour sur une fête qui rassemble petits et grands, dans tout le pays.2071692715_1d8aafc1f6_oLes régions françaises essayent de perpétuer ou de développer des coutumes associées à la fête de Noël. Les plus connues sont sans aucuns doutes les spécialités culinaires. La Franche Comté a sa bûche, la « franc-comtesse« , un savant mélange de framboise, de chocolat et de vanille. L’Aquitaine attend en ce moment ses « crépinettes« , une spécialité à base de porc et de pelure de truffe. L’Alsace prépare le « Berawecka« , un délicieux pain aux fruits secs, et c’est à Strasbourg que l’on trouve le « Christkindlmarik« , le plus ancien marché de Noël en Europe qui existe depuis… 1570. Aujourd’hui, la plupart des villes françaises ont leur marché de Noël, un lieu féerique et festif où l’on trouve tout ce dont on peut avoir besoin pour préparer Noël à la maison.

Dans la moitié nord de la France, le Père Noël est souvent éclipsé par son ancêtre, Saint Nicolas. Le 6 décembre, les enfants l’attendent. Saint Nicolas, est souvent représenté comme un jeune homme vêtu d’habits d’évêque, portant mitre et crosse. La tradition veut qu’il soit accueilli avec du pain d’épice. Il vient récompenser les enfants qui ont été sages. Il est toujours accompagné du Père fouettard et de son âne, qui eux, punissent les enfants qui ont été turbulents. Le 6 décembre est aussi marqué par l’apparition de spécialités telles que le « Süssigkeiten » -du pain d’épice en forme de cœur recouvert de chocolat-, ou bien encore des « Mannala », petits bonshommes en brioche. Le charme de ces coutumes est qu’elles ne durent que… jusqu’au 25 décembre.

Il est impossible d’évoquer la tradition de Noël en France sans une halte en Provence. Dans le sud-est, la tradition subsiste. Les festivités commencent le 4 décembre, jour de la Saint Barbe. La coutume veut que l’on fasse germer des graines de blé dans trois soucoupes couvertes de coton humide. Si les tiges poussent vertes et droites, l’année sera prospère, sinon l’année sera mauvaise. Et puis, il y a aussi les crèches provençales avec leurs « santons« , des petites figurines en argile qui représentent les corps de métier d’un village et les personnages bibliques. On trouve aussi en Provence les « pastorales« , des crèches vivantes sous forme de spectacles animés, chantés et parlés en provençal et célébrant la naissance du Christ. Elles sont d’origine italienne.

La veillée de Noël joue un rôle très important dans les traditions provençales. Avant de se rendre à la messe de minuit, le « gros souper » est servi. Celui-ci est composé de sept plats maigres (rappelant les sept douleurs de Marie) et des fameux treize desserts, qui représentent la cène (les douze apôtres et Jésus). Ils seront dégustés au retour de la messe. Principalement à base de fruits frais (mandarines, oranges, poires, raisins et melons), mais aussi de figues sèches, de raisins secs, de dattes, de pâte de coing ou de fruits confits, les treize desserts sont également composés de nougats, de fougasse à l’huile d’olive et d’oreillettes. La Provence perpétue sa tradition de génération en génération. Dans certains villages la « pastorale » et le « gros souper » ont lieu avant le 24 décembre afin de permettre à certaines familles de fêter Noël plus traditionnellement avec la dinde, le foie gras et la bûche au chocolat…

Au delà des coutumes spécifiques à chaque région, il y a des rites adoptés par la plupart des familles en France. Bien avant l’arrivée du Père Noël sur son traîneau, tiré par ses rennes, les enfants de toutes les régions françaises préparent leur lettre, certainement la plus importante de l’année. Ils y notent les cadeaux désirés. La poste a d’ailleurs mis en place un service spécial d’acheminement : il suffit de spécifier « Père Noël » sur l’enveloppe. Et, comme le vieux monsieur est quelqu’un de « branché », les enfants peuvent également lui envoyer un mail depuis le site de la poste (www.laposte.fr). Il déposera ses cadeaux au pied du sapin préalablement décoré par des guirlandes, des boules de Noël, des figurines, etc., ou bien dans des chaussettes accrochées dans la maison (encore faut-il qu’elles soient assez grandes) ou tout simplement dans la cheminée. Une crèche, à taille réduite, est aussi installée dans la maison, mettant en scène l’arrivée des trois rois mages (Balthazar, Melchior, Gaspard) et la naissance de Jésus.

En attendant le Père Noël et ses présents, les familles se réunissent autour du traditionnel repas de Noël. Son plat de résistance : la traditionnelle dinde fourrée aux marrons ou le chapon (coq castré) qui se mangent farcis, aux pruneaux, aux marrons ou tout simplement rôtis. S’en suit pour certains la messe de minuit, qui célèbre le passage des ténèbres vers la lumière et la naissance de Jésus.

En France comme ailleurs, Noël demeure incontournable. Il permet aux familles de se retrouver autour d’une tradition appréciée de tous

Nicolas Gourgues et Victor Peyre

Mots-clés:, ,