Un manuel d’histoire commun à l’Allemagne et la France

Dès la rentrée scolaire 2006, les élèves français et allemands pourront apprendre l’histoire sur le même manuel scolaire. Une façon pour la France et l’Allemagne de se rapprocher par leur héritage historique commun…

09_0

Pour la première fois dans l’histoire de l’enseignement, les élèves français de Terminale et allemands de dernière année de Gymnasium pourront avoir la même version de l’Histoire. Le projet, né le 23 janvier 2003 à Berlin lors du 40e anniversaire du traité de l’Elysée, (fondateur du processus de réconciliation franco-allemande) n’est donc plus seulement qu’un symbole mais aussi un manuel scolaire disponible dès la rentrée 2006. Le président français n’a d’ailleurs pas hésité à souligner « l’importance symbolique et culturelle » de l’ouvrage.

Le 11 mai dernier, le ministre de l’éducation nationale français, Gilles de Robien et le ministre-président de la Sarre, Peter Müller, ont en effet présenté officiellement l’ouvrage, intitulé « L’Europe et le monde depuis 1945« . Publié chez Nathan en France et chez Ernst Klett en Allemagne, il « est conforme aussi bien au programme français du second cycle qu’à ceux des 16 Etats régionaux allemands », ont affirmé les responsables du projet. En couvrant les évènements de 1945 à nos jours, les regards ne se croiseront pas seulement sur l’histoire étroitement liée des deux pays européens, mais également sur les thèmes importants de l’Histoire de ce monde.

« L’intention n’est pas de gommer les différences, bien au contraire, mais de former les élèves aux perspectives et interprétations divergentes, de les présenter comme un enrichissement »

explique Delphine Dourlet, responsable du manuel chez Nathan. Certes, il existe des points de vue différents entre historiens allemands et français. Mais, « les différences ont plus à voir avec les thèmes eux-mêmes et l’importance qu’on leur accorde de chaque côté du Rhin » défend l’agrégé d’Histoire, Guillaume Le Quintrec qui a conduit l’équipe d’auteurs. L’ouvrage, dont le contenu et la présentation sont identiques, a été réalisé par un groupe de pilotage composé d’historiens des deux pays.

« Tout en respectant les programmes, il permet de les dépasser par l’enrichissement d’une histoire croisée« , indique le comité scientifique pour le manuel d’histoire franco-allemand dans l’avant-propos. Selon ce comité, il s’agit d’une « initiative mise au service des élèves et des enseignants appelés à vivre dans un monde complexe et multilatéral dont la compréhension requiert, entre autres un savoir historique pluriel ».

Espérons que les lycéens d’Allemagne et de France se réjouiront aujourd’hui de l’aboutissement de la proposition qu’ils avaient alors soumise à Jacques Chirac et Gerhard Schröder en 2003 ! Par rapport aux manuels classiques, ce livre commun offrira aux jeunes Allemands un chapitre plus approfondi sur l’évolution politique de la France et également des notions plus précises sur la décolonisation. De leur côté, les jeunes Français en apprendront davantage sur la division de l’Allemagne, la chute du Mur de Berlin (1989) et la Réunification.

« Le manuel contribuera à rapprocher, dans la conscience des jeunes des deux pays, la transmission et la représentation du passé dans une Europe en construction »

selon le gouvernement français. « C’est un pas décisif dans une vision commune de l’histoire européenne« , avait alors estimé le ministre français de l’Education de l’époque, François Fillon.

De portée symbolique, culturelle et politique, ce manuel va vraisemblablement inviter les nouvelles générations d’élèves à un échange plus concret avec le pays voisin. Si le projet est devenu réalité, il en sera de même en 2007 pour les élèves de Première et en 2008 pour les Seconde, qui connaîtront eux aussi un ouvrage commun.

Il appartient aujourd’hui aux professeurs français de choisir ou non ce manuel franco-allemand comme support scolaire en France puisque c’est à eux seuls que revient la responsabilité de le commander. On peut espérer que le soutien que reçoit ce manuel des ministères de l’éducation des deux pays, sera un atout dans le choix du manuel !

Annabelle de l’Epine

Partager sur