Des régionales sous haute tension

Régionales-2010Ces régionales 2010 présentent un enjeu de taille. L’UMP doit reconquérir une partie des régions perdues lors des précédentes élections du genre en 2004, soit 24 sur 26, seule l’Alsace et la Corse étant dirigées par le parti au pouvoir. Et alors qu’en 2014 des conseils territoriaux regroupant conseils généraux et régionaux verront le jour, il est temps de partir en guerre. Mais face à une population désintéressée par ce scrutin, en atteste les 38% d’abstention affichés en 2004, la tâche n’est pas aisée. La droite a donc décidé d’envoyer au front seize membres du gouvernement afin de faire la décision. Ainsi, si une des listes n’est pas élue à la majorité absolue au premier tour, un second tour s’ensuit, entre les listes ayant recueilli plus de 10% des suffrages exprimés au 1er tour. La liste majoritaire au 2nd tour remporte 25% des sièges et partage ensuite les sièges restants à la proportionnelle avec les autres listes réunissant plus de 5% des votes exprimés lors de ce tour, leur nombre variant selon la superficie de la région.

Pour la gauche également, ces élections relèvent d’une importance cruciale. En effet, dans le cadre de la décentralisation, les régions gagnent toujours plus de compétences. Incapable de s’imposer sur l’échiquier national, ce scrutin est une bouée de secours pour le PS s’il veut exister à travers les prérogatives importantes laissées aux régions en termes d’enseignement, de transports, d’aménagement du territoire, de développement économique et de formation professionnelle.

Mais des élections ne seraient rien sans leurs campagnes électorales et leurs dérapages. Cette année par exemple, Georges Frêches a fait fort en taxant Laurent Fabius de « tronche pas catholique » alors que ce dernier est d’origine juive. Ce faisant, le président PS de la région Languedoc-Roussillon s’est attiré les foudres de son parti, et une campagne de presse dévastatrice. Bienvenue chez les politiques.

Jérôme Carrère

A savoir

Les Français résidant à l’étranger ayant le droit de voter pour ces élections peuvent le faire par procuration. Pour cela, il faut vous rendre au Consulat de France avec votre pièce d’identité et l’énumération de l´état civil complet de la personne à qui vous donnez procuration ; celle-ci doit être rattachée au même bureau de vote que vous.

Partager sur