Carlos Bianchi :  » L´Argentine sera championne du monde ! « 

Un décor moderne, une clientèle discrète, un chef toulousain ; dans la grande salle lumineuse du bar-restaurant « Café de las Artes » jouxtant le MALBA, QG de Carlos Bianchi. « L’anti Maradona » ex-meilleur buteur des championnats de France et d’Argentine dans les années soixante-dix, et ex-entraîneur vedette au palmarès impressionnant, en chemise et écharpe bleu ciel nous accueille simplement ; pédagogue, disponible, il dira qu’il est pressé et restera plus d’une heure. A quelques jours du mondial de football, qu’il commentera depuis Johannesburg pour le compte d’une télévision mexicaine « le renard des surfaces » livre ses pronostics pour la compétition et analyse, à travers son expérience, l’état du football français et argentin…

Qu’allez-vous faire pendant le mondial ?

Je vais travailler pour Televisa, une télévision mexicaine, du plus grand groupe hispanophone télévisuel. Le Mexique, ce sont tout de même cent quarante millions d’habitants ! Je vais aussi travailler pour Direct TV Argentine et écrire sur la page Internet d’ ESPN ainsi que dans un journal mexicain, « Reforma ». Dans toutes les autres « Coupe du Monde », j’avais travaillé pour RFI mais je ne sais pas si je le ferai cette année. Je vais donc m’occuper, parce que Johannesburg… Ce n’est ni Berlin, ni Paris (sourires).

Vous allez donc travailler avec Zidane pour Televisa ?

Oui, Zidane vient une semaine, Figo aussi, tout comme N’Kono, ex-gardien de but camerounais qui a joué à l’Espanyol il y a 20 ans. Morientes sera également là une semaine. Quant à moi, je reste tout le Mondial.
[A la photographe: Prenez toutes les photos que vous voulez, mais je vous préviens je ne prends pas la pose, à la fin je me lève et je m’en vais]

Aucune chaîne française n’a jamais pris contact avec vous ?

Non, non. TF1 m’a téléphoné récemment parce qu’ils ont quelqu’un ici, mais ils voulaient seulement que je participe à un reportage. Je n’avais pas tellement le temps donc j’ai refusé (rire).

Connaissiez-vous Zidane auparavant ?

Non, c’est la première fois. Mais c’est un être humain vous savez, on est comme tout le monde. Vous, vous nous voyez différents mais on est comme les autres, il ne faut pas l’oublier. Il ne faut pas magnifier, vous voyez ? C’est pareil ici en Argentine, il y a des gens qui parlent de moi comme si j’étais… Mais on est tous pareils !

Pensez-vous que l’Equipe de France a ses chances à la Coupe du Monde ?

(Catégorique) Non. Je ne la vois pas à un très bon niveau. Pas au niveau de sélections comme l’Argentine, le Brésil et l’Espagne par exemple. J’ai vu les matches de qualification, et ils ont souffert, ça va être difficile pour eux.

Ce sont vos favoris ?

Oui, pour moi ce sont les 3 favoris. Et l’Argentine sera championne du monde.

Vous êtes donc satisfait de la liste des 23 de Maradona ?

(Sec) Je ne veux pas parler de ça, je ne l’ai même pas regardée.

Ne croyez-vous tout de même pas qu’il s’est privé de joueurs essentiels, comme Cambiasso ou Zanetti par exemple ?

Non, ça c’est une question de goût ! En quelle voiture vous roulez ?

Ici, en bus !

Oui mais là bas ?

En Clio.

Eh bien, il y en a un autre qui va préférer la 207. Le football c’est une question de goût.

Mais si je pouvais je roulerais en 207 !

(Rires) Arrêtez vous allez me faire pleurer (rires). Plus sérieusement je pense que l’Argentine a presque tous les meilleurs attaquants du monde.

Vous songez à Messi en disant ça ?

Presque tous les meilleurs attaquants du monde ! Messi, Milito, Higuain, Tevez ou bien Palermo. C’est un avantage sur les autres pays.

Vous ne les trouvez pas un peu faibles défensivement tout de même ?

Je ne me casse pas trop la tête défensivement, c’est facile de mettre en place une équipe dans ce secteur là.

Domenech a aussi donné sa liste des 23 ? Vous l’avez vue ?

Non, je n’ai pas regardé les 23. Mais la France n’a pas de grands attaquants, et ça, c’est un très grand problème.

Des joueurs français vous plaisent-ils ?

Oui, le gardien ! Lloris, il me plaît.

Dans une récente entrevue vous parliez également de Gourcuff ?
Gourcuff est un très bon joueur mais il n’est pas à sa place. Pour moi c’est un numéro 10, dans le même style que Zidane. Ensuite, il faut voir le système dans lequel joue l’entraîneur.

Vous qui avez été dans le milieu du football, qu’avez-vous pensé de la nomination précoce de Laurent Blanc en remplacement de Domenech ?

C’est leur problème à eux… S’ils l’ont fait, Domenech était au courant. Parce que ce sont des gens installés qui lui ont maintenu leur confiance lorsque tout le monde voulait le virer. Ils ont forcément une relation de confiance donc ils ont dû dire à Domenech que Blanc allait le remplacer bien avant. Non, vous ne pensez pas ?

Les rumeurs ont tout de même été persistantes !

Oui, mais ce sont des gens qui se côtoient, ils se connaissent. Ensuite, si entre eux les choses ne sont pas claires, c’est leur problème.

Que pensez-vous du groupe de la France au Mondial ?

Pour moi, c’est le groupe le plus ouvert. C’est la première fois qu’un pays organisateur court le risque de rester dehors après le premier tour. Sur le papier France, Uruguay et Mexique sont plus forts que l’Afrique du Sud mais après c’est toujours pareil, il faut le prouver. Cependant attention, ils jouent chez eux et on sait que les pays qui jouent à domicile se transcendent.

Votre avis sur le Mexique.

Pour moi, ils ont autant de chances que la France et l’Uruguay de passer.

Quels seront les grands joueurs du mondial ?

J’espère que ce seront les Argentins… Il y a aussi des joueurs comme Kaka, Luis Fabiano, Rooney, Lampard, Gerrard…Disons que les attaquants me plaisent plus, mais il y a des joueurs qui sont très forts à d’autres postes aussi. Julio César, par exemple, qui est le meilleur gardien du monde.

Niveau attaquant, lequel a le plus le style « Bianchi » ?

Les attaquants argentins. Tous !

La Coupe du Monde s’arrêtera pour la première fois en Afrique. Qu’est ce que cela vous inspire ?

La Fifa suit sa logique, qui est de changer de continent à chaque coupe du monde. La prochaine sera au Brésil, ensuite, en 2018… (Il s’emmêle) C’est bien pour toucher tous les continents, aider les pays. En plus, c’est un pays qui a connu des difficultés et c’est une nation de rugby. C’est bien, ça se voit qu’ils vont arriver à faire quelque chose pendant la coupe du monde.

Si vous n’aviez pas été footballeur ?

J’aurais été vendeur de journaux. C’était mon métier quand j’étais petit. C’était celui de mon père, de son père et c’est celui de mon frère. D’ailleurs j’ai été en France (à Paris) récemment et vous savez quoi ? J’ai discuté avec la vendeuse d’un kiosque à journaux. Et bien, chez vous, savez-vous à qui appartiennent les kiosques dans la rue ? A la mairie de Paris. En Argentine c’est le propriétaire du kiosque qui travaille à son compte, en France non, c’est scandaleux.

Carlos Bianchi dans le foot c’est donc terminé ?

Non, je n’en sais rien. Que vais-je faire de ma vie ?. Je sais ce que je fais aujourd’hui.

Charles Mathieu-Dessay et Jérôme Carrère