Edition 2011 du Salon du Bourget : les yeux rivés vers le ciel

Du 20 au 26 juin derniers, le Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace, organisé par le GIFAS (Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales), a rassemblé pour sa 49ème édition plus de 300.000 visiteurs, professionnels et grand public confondus.

Une édition qui s’inscrit dans de nouvelles problématiques, entre reprise économique et développement durable, celle de 2009 ayant célébré les 100 ans du salon.A380 - 800En effet, le secteur ne s’est pas vu épargné par la crise et la majeure partie des sociétés ont réduit leur budget de 10 à 30%. La scène aéronautique a donc vu certains acteurs s’éclipser, laissant place à d´autres, dont la présence et l’influence a cru.

Le salon du Bourget en quelques chiffres, c’est : les 100 premières entreprises mondiales du secteur, au total 2110 entreprises régionales et mondiales, près de 10 millions d’euros de dépenses dans les infrastructures (le GIFAS s’étant engagé à recycler les 100 tonnes de déchets générés par le chantier), 130.000m2 d’exposition, plus de 140 aéronefs en présentation aérienne et en exposition et 3000 journalistes. Un événement colossal comme le soulignent les propos de Louis Le Portz, Commissaire Général du Salon :

« Tous les 2 ans nous construisons l’équivalent d´une ville de 10.000 habitants devant accueillir plus de 300.000 visiteurs »

Ladite ville est organisée en plusieurs mini villages : le musée de l’Air et de l’Espace, les chalets VIP rassemblant les sociétés non aéronautiques et leurs invités de marque, et l’espace Métiers et Formation, entre autres.

Le grand public, auquel les journées du 24 au 26 juin étaient dédiées, en a pris plein les yeux et il y en a eu pour tous les goûts ! Certains stands proposaient des simulateurs de vol des différents constructeurs mondiaux, l’espace Armée de l’air offrait quant à elle la possibilité de visiter les chasseurs et les hélicoptères de combat. Au-dessus des têtes, appareils d’époque – parmi eux le Super Constellation, qui n’a pas pris une ride – tout comme des modèles à la pointe de l’innovation exécutaient leurs vols. En fin de journée, les 8 Alpha Jets de la Patrouille Française réunissaient petits et grands pour une parade des plus spectaculaires.

Autre attraction majeure de ce Bourget 2011 : le fameux avion solaire Solar Impulse, projet initié en 2003 par Bertrand Piccard et André Borschberg. Cet avion a été spécialement conçu pour voler de jour comme de nuit sans émissions polluantes ni carburant. L’appareil semble défier tous les records : 63,4 m d´envergure (équivalente à celle de l´Airbus A340) pour le poids d´une voiture, 1.600 kilos, et un vol historique de 26 heures, 10 minutes et 19 secondes. Les quatre moteurs de 10 CV de puissance chacun sont reliés aux 12.000 cellules solaires situées sur l’aile. L’énergie générée est par la suite stockée dans des batteries, ce qui permet au Solar Impulse de voler de nuit.

A travers cet appareil, le salon du Bourget reste fidèle à sa tradition : être la vitrine des progrès technologiques, résultats d’une recherche constante de l’innovation, principe qui ne peut désormais plus s’affranchir des enjeux écologiques.

Arielle Allouche

Partager sur
Mots-clés:,