Gratuité des lycées français à l’étranger : remise en cause ?

educationDans un rapport parlementaire qui pourrait être adopté par la commission des finances de l’Assemblée nationale, les députés Jean-François Mancel, André Schneider (UMP) et Hervé Féron (PS) estiment que la mesure voulue par Nicolas Sarkozy devrait être supprimée, « eu égard à son poids budgétaire » et à son « iniquité ».

Le rapport, révélé par Le Parisien, à aussitôt été contesté par voie d’un communiqué de presse par Robert del Picchia, Sénateur des français établis hors de France et Représentant du Sénat au conseil d’administration de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger. Dans ce communiqué, ce dernier nie les affirmations du journal qui fournit des chiffres erronés sur le financement de la scolarité des élèves et la proportion d’étrangers et enfants d’expatriés dans les lycées. De plus, Monsieur del Picchia déplore l’interprétation sensationnaliste et abusive qu’en avait faite Le Parisien. Le journal affirmait entre autres que les lycées français étaient « très prisés des stars du show-biz et des grands patrons du CAC 40« , et, s’appuyait sur « une récente étude » qui n’a, toujours d’après le Sénateur del Picchia, jamais existé.

Monsieur del Picchia informe dans son communiqué que la mesure de prise en charge ne sera pour l’heure actuelle pas étendue au-dessous des classes du lycée, comme il en avait été question lors de son entrée en vigueur. Il préconise le maintien du dispositif en place tout en plafonnant son montant au niveau du budget actuel.

Ndlr : Robert del Picchia est Sénateur des Français établis hors de France, Vice-Président de la Commission des Affaires étrangères de la Défense et des Forces armées et Représentant du Sénat au Conseil d´administration de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE)

Partager sur