L´Ambassade de France opte pour le casque vert

« Je remercie l’ambassadeur de nous encourager ainsi. Cette association m’est en effet très chère, car son but est de créer une véritable harmonie sociale » déclare, ravi, le jeune président des « Cascos Verdes », Javier Ureta.

104_1062Le jeune homme, âgé de 29 ans seulement, connaît Jean-Pierre Asvazadourian depuis l’année dernière. En octobre 2011, deux jeunes aidés par l’association, atteints de déficience mentale, sont invités à l’Ambassade pour donner une conférence portant sur la protection de l’environnement. Gestes simples de tri des déchets, économie de l’énergie, protection de l’eau : tous les sujets sont abordés. Et le résultat est là. Clairs, précis et très au courant des problèmes écologiques actuels, les jeunes handicapés ont impressionnés le personnel de l’ambassade. « J’ai été agréablement surpris par leur aisance à l’oral et leur niveau de réflexion. Très spontanés et convaincus, ils nous ont appris les gestes utiles », souligne l’ambassadeur de France, conquis par les objectifs solidaires des « Cascos Verdes ».

Créée par Javier en 2006, l’association lie deux problématiques : l’insertion sociale et la protection de l’environnement.

Pendant deux ans, les jeunes suivent des cours d’éducateur environnemental dans différentes facultés de Buenos Aires : l' »Universidad Católica », l' »Universidad San Andrés », l' »Universidad Austral » et l' »Universidad Torcuato di Tella ». Ayant lui-même suivi cette formation à l’université, Javier Ureta explique : « J’ai souhaité que les jeunes handicapés puissent exercer le même travail que moi ». Pily, l’une des jeunes participant au programme, n’en revient toujours pas. « Jamais je n’aurais cru pouvoir entrer un jour à l’université! » note la jeune fille au sens de l’humour vif.

Le travail est long et parfois difficile. Pedro Molina, 26 ans, surnommé Peter par les autres membres de l’association, explique: « J’ai dû suivre beaucoup de cours. Cela représente énormément de travail ». Mais le jeu en vaut la chandelle. Avant même d’être diplômé de l' »Universidad Católica » de Buenos Aires, Peter avait déjà trouvé un travail dans l’administration d’une entreprise. Parallèlement, d’autres jeunes et lui-même donnent régulièrement des conférences avec « Los Cascos Verdes » dans des écoles, des entreprises ou des ambassades. D’élèves, ils passent au statut d’éducateurs. « Cela permet de revaloriser leur rôle au sein de la société », note le président de l’association.
Une vision originale de l’intégration, un but final double : telle est la façon de faire de Javier Ureta, visiblement dynamique et très proche des 127 jeunes qu’il accompagne. Peter note en souriant: « J’ai connu l’association grâce à Javier. Il est venu me chercher directement chez moi pour me proposer de participer au programme. »
Les jeunes présenteront bientôt leur conférence dans les deux lycées français de Buenos Aires. La date reste encore à définir.

Site Internet de l´association: www.cascosverdes.org

Maëlle Kerguenou