Association Formoser

Form’Oser est une toute jeune association humanitaire transatlantique. Dans les objectifs  qu’elle s’est donnés : l’un « l’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale » l’ancre en France, l’autre « soutenir des initiatives et des projets de coopération » la projette en Argentine et plus précisément dans la province de Formosa.
Pauline et Benoît

Pauline et Benoît

C’est un jeune couple de VSI (volontariat de solidarité internationale), Benoît originaire d’Amiens et Pauline de Dieppe qui sont à l’initiative de la création de Form’Oser. Benoît a accompagné et aidé pendant quelques mois le travail d’une missionnaire laïque, Bernadette Caffier, créatrice, en 2001 d’un système de micro-crédits « No podemos fracasar » dans la province de Formosa.  Le réseau s’est progressivement organisé et  structuré grâce aux liens tissés avec l’ONG argentine  « Nuestras Huellas » basée à Buenos Aires. Après le retour en France de Bernadette Caffier, Benoît reprend le flambeau. Afin de donner une plus large surface au projet, une association à but non lucratif de type loi 1901 « Form’Oser » est créée en France et officiellement reconnue d’intérêt general en octobre 2014. Le conseil d’administration est composé de plusieurs membres français, la présidente, Gabriela Martín, est, elle, argentine actuellement coordinatrice de Emmaüs Europe. Il est, entre autre, prévu que deux volontaires avec un statut de VSI seront les responsables des actions en terre argentine. Les actions de l’association débutent du côté français par un accord de partenariat conclu avec un établissement scolaire, accompagné par une campagne de recherche de financement. Le soutien financier attendu est obtenu auprès d’élus, ainsi que d’entreprises et de PME.

Formoser 1Arrivés à Formosa les 2 volontaires s’attaquent à deux domaines différents : Benoît reprend la coordination du programme de micro-crédits « No podemos fracasar« , quant à Pauline c’est vers la lutte contre la toxicomanie qu’elle se tourne. Il faut préciser que Formosa, l’une des provinces déshéritées du Nord de l’Argentine souffre les ravages de la drogue, particulièrement brutaux dans les milieux les plus démunis.  Le tissu associatif y est pauvre, le poids de l’église important dans les questions sociales face à un gouvernement provincial factieux et clientéliste. C’est vers le diocèse de Formosa, acteur proactif en matière de lutte contre les inégalités que Benoît et Pauline se tournent pour trouver appui.

formoser2

Le programme de micro-crédits est reconnu au-delà des aspects purement économiques pour la qualité de sa formation. Les thèmes abordés dans les différents groupes permettent de travailler autant sur les possibilités d’insertion dans les différents marchés pour certains producteurs que de diffuser les notions de troc, achats communautaires, coopérativisme.

Formoser 3Pauline quant à elle s’est insérée comme coordinatrice dans une structure de prévention et d’accompagnement de jeunes touchés par la drogue – EPA- « Equipo de Prevención en Adicciones » travaillant au sein de la paroisse San Francisco de Asís, qu’elle a réussi à réorganiser et redynamiser avec l’aide d’entités spécialisées venant de Buenos Aires. Après un an de travail il existe aujourd’hui dans la province 5 EPA formées en matière de prévention et d’accompagnement.

Formoser 2Les deux volontaires, un jeune couple qui s’est donné comme projet de vie de s’engager  pendant deux années à assurer un travail humanitaire, se retrouvent à mi-chemin de leur parcours avec un bilan positif mais face à d’importants défis. Il faut trouver des remplaçants, d’autres VSI, comme eux, qui devront être capables d’assurer la continuité du travail accompli et œuvrer à son développement, programmer rapidement une structuration des équipes de bénévoles sur le terrain pour protéger leur fonctionnement et obtenir des sources de financement locales.

Marie-Françoise Mounier-Arana

www.formoser.org

Partager sur