La French, un polar rétrospectif

Mardi 1er mars avait lieu l’avant-première du film “Conexión Marsella” de Cédric Jimenez, dans l’auditorium de l’Alliance française de Buenos Aires. C’est devant une salle comble et enthousiaste que le polar, sorti en France en 2014, fut diffusé.

France_la FrenchAlternant affrontements violents, et scènes plus intimistes, “Conexión Marsella” se révèle être un bon film de gangsters, malgré quelques longueurs .Populaire et solide,il retrace ce moment clé du grand banditisme dans la ville de Marseille, que fut la French Connection.

Fléau du narcotrafic et du crime organisé, cette organisation criminelle régna sur la ville, infiltrant tous les milieux, et allant même jusqu’à exporter son héroïne aux Etats-Unis. C’est donc fort de cette saga criminelle que Cédric Jiménez tisse son polar. La cité phocéenne magnifiquement reconstituée a valu au film une nomination aux Césars 2015 dans la catégorie meilleurs décors, et on comprend pourquoi: voitures, armes, décors et costumes d’époque, tout y est ! Quant au duo d’acteurs Dujardin-Lellouche, il fonctionne à merveille. Le premier interprète le juge Pierre Michel, intègre mais prêt à user de méthodes peu orthodoxes pour arriver à ses fins. Aussi accro à la justice qu’il l’était au poker, sa volonté sans failles de gagner la partie contre “La French” l’amène à toujours prendre plus de risques. Le second incarne avec fougue Gaëtan Zampa, dit Tany, redoutable parrain à la tête de “la French”, qui ne recule devant rien pour faire fluctuer son business. Un duel magnétique entre deux hommes que tout oppose, sublimé par deux acteurs exceptionnels, là réside tout l’intérêt du film. A noter que le casting de rêve ne s’arrête pas là, puisque viennent s’ajouter à l’affiche Benoît Magimel, Mélanie Doutey ou encore Céline Sallette. De bons acteurs, une intrigue haletante, de la violence à l’état brut, et une pointe d’humour, le cocktail est savamment dosé. Et ça fonctionne, en témoignent les exclamations et rires du public qui ponctuèrent les moments clés du film, tout comme les applaudissements qui retentirent ce mardi à la fin de la séance.

Alyssa Normant