Deux expositions hors des sentiers battus

Deux expositions simultanées ont ouvert la saison du Muntref-Centre d’art contemporain à son siège, l’Hôtel des Immigrants, ce mardi 10 mai avec deux artistes Bernardi Roig et Leandro Erlich aux antipodes dans leur expression artistique, mais aussi singuliers l’un que l’autre.

_DSC5484Dans le vaste hall du troisième étage de l’Hôtel des Immigrants, sol et murs carrelés de blanc, les six figures de taille humaine en résine de polyester de l’artiste espagnol Bernardi Roig se trouvent ça et là : un antihéros blanchi des pieds à la tête, le pantalon dégrafé et le ventre flasque, un corps métamorphique collé à la lumière crue et éclatante de tubes fluorescents qui l’aveuglent.

Comme le récit d’une recherche insensée d’atteindre la lumière aux limites de la folie et de la mort car « le sang ne palpite pas sous cette peau d’ivoire » comme écrivait Honoré de Balzac dans son œuvre « Le chef d’œuvre inconnu ». Dans les salles latérales, 145 dessins au fusain et cendre sur papier, composent une collection de figures et de visages témoins des différentes périodes et obsessions de Bernardi Roig.

Autre ambiance dans l’installation « Puerto de Memorias » de l’argentin Leandro Erlich qu’il avait présentée auparavant en Corée, en 2014. Il s’agit de six canots parfaitement réels dotés d’une jupette qui crée l’effet du reflet de l’embarcation sur l’eau. Une certaine mélancolie et un sentiment de solitude se dégagent de cet espace. Par un outil robotique les petites chaloupes peintes de couleur vives se balancent doucement créant une sensation de vrai roulis.
Leandro Erlich s’était fait largement connaître à Buenos Aires l’année dernière lors de la « décapitation » de l’obélisque faisant croire aux « porteños » que son sommet avait été transporté sur le parvis du musée Malba. Un artiste maître dans l’art de l’illusion et du trompe-l’œil !

Suzanne Thiais

Photos © Paul Hoffmann

*Muntref-Centro de Arte contemporáneo, Av. Antártida Argentina (entre Dirección Nacional de Migraciones et Buquebus). Jusqu’au 18 septembre du mardi au dimanche de 12 à 20h. Entrée gratuite.