Le XIVème Forum des entreprises de la CCI France Argentine

Dans le cadre de « Viví Francia », la semaine fançaise, la CCIFA a tenu les 24 et 25 septembre son « Forum des entreprises » : un espace devenu incontournable de rencontres et d’échanges pour la communauté d’affaires franco-argentine. Cette année la XIVème édition s’est déroulée au Palacio San Martín, siège du ministère des affaires étrangères argentin et a reçu une délégation du MEDEF (*). Des représentants du gouvernement argentin du plus haut niveau ont ouvert la série de conférences et de tables rondes par secteurs planifiées pour ces deux intenses journées. Les thématiques prioritaires pour le gouvernement argentin dans sa recherche d’investisseurs ont occupé le centre des échanges : transports, énergie, infrastructures, innovation et nouvelles technologies.

vue XIVème Forum- CCIFAL’ouverture a été effectuée,  en l’absence de la Chancelière  Susana Malcorra, par Marcelo Lucco, secrétaire de promotion commerciale et développement des investissements du ministère des affaires étrangères. Il a rappelé les deux axes fondamentaux du gouvernement actuel, pauvreté zéro et renforcement des institutions et souligné l’avantage compétitif de la France  grâce à l’expertise de ses nombreuses entreprises qui oeuvrent depuis de nombreuses années dans le pays. C’est ensuite, Jean Edouard de Rochebouët, Président de la CCIFA, qui, après avoir souhaité la  bienvenue à ce « Petit Davos » a rappelé que le premier Forum des Entreprises avait eu lieu en 2002 alors que l’Argentine cherchait à renaître après une terrible crise et « que nous nous trouvons aujourd’hui dans une situation bien similaire » . Il a exprimé sa conviction que l’Argentine est en train de sortir de la récession et, a avancé comme preuve que « des projets sont déjà en marche pour plus de 2 milliards de dollars, c’est maintenant le moment d’investir ». Dans un espagnol parfait, le nouvel Ambassadeur de France en Argentine, Pierre-Henri Guignard a remercié les autorités argentines de lui avoir permis de s’exprimer officiellement en tant qu’ambassadeur bien que n’ayant pas encore pu présenter ses lettres de créances.  Il a  mis en avant les nombreux aspects qui rendent exceptionnel ce XIVème Forum : la présence de la délégation du MEDEF, soit 35 entrepreneurs français, le fait inusuel que la Chancellerie ait  mis à disposition pour l’évènement les salons du Palacio San Martin ainsi que l’intervention des principaux hauts fonctionnaires du gouvernement argentin, sans compter les très nombreux entrepreneurs argentins membres de l’UIA (Union Industrial Argentina) présents. Cette année, le climat des affaires « s’est amélioré » avec un rythme impressionnant de réformes et dans ce contexte « les relations commerciales, financières, industrielles, de coopération scientifique et universitaire entre les deux pays ne vont cesser de s’approfondir. Les échanges commerciaux France-Argentine ont atteint les 2 milliards de dollars … des initiatives ponctuelles ont eu lieu » comme  la commande d’un Airbus 730 pour Aerolineas Argentinas ; la mise en production de gaz condensé par le Groupe Total en Terre de Feu ; l’inauguration à Pergamino de l’usine de fabrication de fertilisants Rizobacter ; l’élargissement du port de la compagnie Louis-Dreyfus à Bahia Blanca. Il y a 250 entreprises françaises implantées en Argentine, qui pourvoient plus de 50.000 emplois. Pour conclure l’Ambassadeur a rappelé que « la semaine Vivi Francia n’est pas uniquement un rendez-vous avec l’économie, mais –qu’il y avait aussi– la gastronomie, l’architecture, la musique et la littérature ».

Personne ne s’y attendait

L'ambassadeur de France Pierre-Henri Guignard  Jean-Edouard de Rochebouët  le Ministre Prat Gay

L’ambassadeur de France Pierre-Henri Guignard
Jean-Edouard de Rochebouët
le Ministre Prat Gay

Au début de son intervention, l’assistance a cru que le ministre de l’économie Alfonso Prat Gay ne s’exprimait en français que par simple courtoisie. Mais pas du tout ! C’est dans la langue de Molière qu’Il a prononcé tout son discours. « J’ai appris le français avec une professeur, la même qui donne des leçons à ma mère » a-t’il précisé au Trait d’Union.“ « Cela a été significatif » a commenté Jean-Edouard de Rochebouët et d’ajouter, « avec une prononciation parfaite”. C’est donc en français que le ministre a mis en avant le compromis du gouvernement de renforcer les relations bilatérales, en ligne avec les objectifs de la feuille de route signée lors de la visite du Président Hollande en février dernier. Le gouvernement voudrait voir doubler le niveau actuel des investissements français en Argentine – qui ne sont, à l’heure actuelle,  pas négligeables- et les projeter au delà des 5 milliards de dollars. Projet tout à fait réalizable grâce à la mise en place de réduction des coûts financiers, logistiques et fiscaux.

Miguel Braun , secrétaire au commerce, a pris la relève de Prat Gay au micro pour présenter avec plus amples détails- et en espagnol – le programme de productivité du gouvernement. Il a annoncé la mise en place de simplifications bureaucratiques comme le « guichet unique pour le commerce extérieur » ;  il a souligné l’importance donnée aux PME comme le démontre la loi de promotion et appui récemment approuvée par le Congrès, et réaffirmé que les relations avec l’Union Européenne sont primordiales et que la recherche d’un accord Argentine/UE sera l’objectif du prochain déplacement du président Mauricio Macri à Bruxelles le 14 octobre prochain.

Durant l’après-midi, quatre tables rondes ont attiré la présence des assistants selon leur centre d’intérêt :  capital humain et compétitivité avec la participation du ministre du travail Jorge Triaca, infrastructures et transport avec la présence de Germán Bussi, secrétaire de planification, énergie avec la coordination de Juan José Aranguren, ministre de l’énergie et des mines, innovation et nouvelles technologies avec l’apport de Lucio Castro, secrétaire de transformation productive.

Une autre nouveauté  de ce XIVème Forum, a été la participation, pour parler et « vendre » leur région de hauts fonctionnaires des provinces de Buenos Aires, Córdoba et Santa Fe. Dans le cas de cette dernière,  c’est le gouverneur, lui-même, Roberto Liefdchitz qui s’est présenté.

Une annonce inattendue

Le vice-président du laboratoire Sanofi-Pasteur, Guillaume Leroy, a pris le micro pour annoncer un investissement de 300 millions de pesos pour augmenter la capacité productive de l’usine de Pilar, l’achat d’équipement de technologie de pointe, ainsi que des études d’ingénierie et de systèmes d’information. « Cet investissement est le résultat du haut niveau des professionnels qui oeuvrent à Sanofi-Pasteur d’Argentine, et est la preuve de notre compromis avec le pays ».

 

Suzanne Thiais

Crédits photos Graziella Riou Photographe

(*) lire l’article duTrait-d’Union sur la délégation du MEDEF

Mots-clés:,