Thierry Rignol candidat à député pour la 2ème circonscription

Thierry Rignol est un tout jeune candidat –il aura 26 ans dans un peu moins d’un mois- résidant au Mexique. Il se présente comme député pour la 2ème circonscription –Amérique latine Caraïbes- pour une majorité présidentielle à l’Assemblée Nationale. Il a répondu par écrit aux questions posées par Trait-d’Union.

RignolThierry a fait sa scolarité dans le système éducatif français jusqu’au Bac et a ensuite poursuivi des études à l’université américaine Rice de Houston.

Entreprenant, il démontre un parcours professionnel dynamique, sautant d’un projet à un autre et d’un pays à l’autre, puisque après les Etats-Unis le revoilà installé au Mexique d’où, il rayonne en qualité d’expert en hydrocarbures dans toute l’Amérique latine. Son engagement politique remonte à 2008, lorsqu’il adhère au « Travailler plus pour gagner d’avantage » et « Ensemble, tout devient possible » de Nicolas Sarkozy. En 2014, il intègre  l’équipe UMP Amérique du Nord et en 2016, il est élu par les adhérents à la tête de la section LR du Mexique. Il se rapproche d’En marche dans l’entre deux tours et mène campagne pour Macron sur le continent américain, ce qui le conduit à entrer en contact avec de nombreux Français d’Amérique latine.

TdU – Pouvez-vous dresser un bref portrait de vous-même et dire les raisons qui vous poussent à faire campagne pour être député des Français de l’étranger en Amérique latine ?

TR – Comme tous les Français de la circonscription, je réside dans un pays d’Amérique Latine, à savoir le Mexique. Comme beaucoup de nos compatriotes, j’ai voyagé dans de nombreux pays d’Amérique du Sud, et ai pu tisser un réseau professionnel et de nombreuses amitiés. Au travers de ces différentes rencontres, j’ai échangé sur les attentes des Français qui habitent dans notre circonscription, et c’est pour cela que j’ai présenté ma candidature : pour défendre au mieux nos intérêts à l’Assemblée Nationale. Nous faisons face à de nombreux problèmes que je veux résoudre.

Français de l’Etranger depuis mon enfance, j’ai partagé ces problèmes au cours des 25 dernières années. Après une scolarité dans le système francais (Bac S), j’ai lancé plusieurs entreprises, et ai milité à droite, occupant des fonctions au sein de l’UMP puis des Républicains.

Né à Bagnolet en Seine Saint Denis, aujourd’hui j’ai 25 ans, et plus que jamais je pense qu’ensemble, on peut construire l’avenir de la France !

TdU – Pour quel parti vous présentez-vous ?

TR – Comme beaucoup de nos compatriotes, je pense qu’il est grand temps d’abandonner les clivages politiques historiques qui bloquent le pays et de faire passer son « Pays avant son Parti ».

Pour dépasser les clivages, je me présente à cette élection sans parti et sans étiquette, et je suis le candidat de la Majorité Présidentielle. J’ai souhaité répondre favorablement à l’appel du Président de la République et du Premier Ministre pour constituer une « Majorité de compétences » pour gouverner la France pendant les cinq prochaines années.

Je suis le seul candidat de la Majorité Présidentielle issu de la droite (militant LR). Après 5 ans de socialisme désastreux pour notre pays, nous ne pouvons pas nous permettre de conduire à l’Assemblée Nationale des hommes ou des femmes qui ont occupé des fonctions au sein du parti socialiste : cela serait donner au quinquennat Macron le même logiciel que le quinquennat Hollande !

De plus, le renouvellement ne doit pas être une simple façade : au-delà de mes 25 ans, je n’ai jamais exercé de mandat politique auparavant. J’aurais à coeur de défendre les intérêts des Français d’Amérique Latine que je connais bien.

TdU -Les mesures importantes que vous vous proposez de défendre pour les français de l’étranger ?

TR – Aujourd’hui, nous Français en Amérique Latine, souffrons de 5 grands maux : une éducation française pas ou peu adaptée aux réalités du terrain, un retour en France de plus en plus difficile, une fiscalité exorbitante, des processus administratifs et une démocratie dépassés par les nouvelles technologies, et une binationalité sans cesse remise en cause. Au cours des mes différents voyages en Amérique Latine, j’ai échangé avec nos concitoyens sur ces problématiques,  c’est pour répondre à ces problèmes du quotidien que j’organise un programme de quinze engagements concrets sur cinq axes principaux :

– Adapter l’enseignement français et francophone aux spécificités locales de chaque pays d’Amérique Latine

– Faciliter le retour en France

– Développer une fiscalité spécifique et équitable pour les Français d’Amérique Latine

– Moderniser les processus administratifs et lancer la démocratie digitale

– Accompagner les entrepreneurs et défendre la binationalité.

L’ensemble de mes engagements et le détail de chaque proposition est disponible sur  www.thierryrignol.fr/programme

TdU – Votre point de vue sur le vote électronique ?

TR – La suspension de ce mode de vote a été vécue comme une catastrophe démocratique par nos concitoyens et je partage pleinement ce sentiment.

Durant les différents échanges que j’ai eus avec la communauté française en Amérique Latine, j’ai réaffirmé mon engagement pour que le vote électronique soit institué pour les élections consulaires de 2020 et législatives de 2022. De façon générale, je soutiens activement toute mesure qui va dans le sens d’une plus grande démocratie digitale.

Je travaillerai aussi avec l’administration française, comme me l’ont demandé nos concitoyens, afin de permettre un vote électronique pour les élections présidentielles et européennes pour l’ensemble des Français à l’horizon 2030.