Martín Biurrun candidat à député pour la 2ème circonscription

Martín Biurrun est un jeune candidat, franco-uruguayen, résidant à Montevideo.  Il se présente comme député pour la 2ème circonscription –Amérique latine Caraïbes- sous l’étiquette Divers-Droite (DVD), il partage les idées de la  majorité présidentielle. Il a répondu par écrit aux questions posées par Trait-d’Union.

Biurrun2TdU – Pouvez-vous dresser un bref portrait de vous-même et nous dire quelles sont les raisons qui vous poussent à faire campagne pour être député des Français de l’étranger en Amérique latine?

MB – Je m’appelle Martin Biurrun et je suis franco-uruguayen. Je suis consultant, diplômé en communication. J’ai toujours été engagé auprès de la communauté française. Dès le lycée, puisque j’ai réalisé toute ma scolarité au Lycée Français Jules Supervielle de Montevideo. J’ai voulu défendre mes camarades en devenant délégué de classe, de vie lycéenne et d’établissement, président de l’association d’anciens élèves et vice-président de l’association des anciens des lycées français du monde. Je suis actuellement vice-président de l’Alliance Française de Montevideo et de la section Uruguay de l’Union des français de l’étranger. Je suis aujourd’hui actif dans de nombreuses associations francophones en Uruguay.

En 2011, une année avant la première élection des députés des Français de l’étranger, j’ai été nommé responsable Amérique Latine pour « République Solidaire », le mouvement de Dominique de Villepin, ancien premier ministre de Jacques Chirac. C’est sûrement à ce moment-là qu’est née ma vocation à défendre notre communauté au niveau régional.

En 2014, j’ai eu l’honneur d’être élu par mes concitoyens Conseiller consulaire. Je souhaite aujourd’hui poursuivre mon engagement auprès d’eux en me présentant aux législatives, pour porter les sujets qui me tiennent à coeur : l’éducation, la culture, et l’égalité de traitement entre Français de l’étranger et Français résidant en France. Je veux également défendre une certaine conception de la France, celle que nous avons acquise en étant de l’autre côté de l’Atlantique.

TdU – Pour quel parti vous présentez-vous ?

MB – En 2014, j’ai été élu Conseiller consulaire sur une liste indépendante, et nous avons formé, avec quelques collègues de la région, le groupe « Indépendants d’Amérique Latine », rattaché aux « Indépendants pour la démocratie et l’environnement à l’Assemblée des Française de l’Étranger ».

Mais comme le prouve mon engagement pour « République Solidaire » en 2011, j’ai toujours été proche du centre. Je partage des idées de la majorité présidentielle, mais je suis classé Divers Droite (DVD), ma famille politique d’origine, sur la liste du Ministère de l’Intérieur. Je suis d’autre part, par ma double nationalité française et uruguayenne membre du « Partido Nacional » de Uruguay (parti politique fondé en 1826).

TdU – Les mesures importantes que vous vous proposez de défendre pour les français de l’étranger …

MB – Elles sont nombreuses, et toutes disponibles sur mon site internet. Mais si je devais choisir un seul combat, ce serait celui de la jeunesse et de l’éducation. Je souhaite stimuler le développement des lycées Français à l’étranger et renforcer le réseau d’études à distance (écoles, collèges, lycées et études supérieures). Je souhaite également encourager la création d’un réseau d’universités françaises à l’étranger, et développer les partenariats entre universités françaises et locales. Je veux enfin promouvoir les accords bilatéraux pour le développement de la langue française comme langue vivante 2 ou 3 dans les lycées publics d’Amérique Latine et des Caraïbes. J’ai aussi un projet qui me tient à coeur qui serait de développer un système de retraites pour TOUS les français de l’étranger.

TdU – Votre point de vue sur le vote électronique ?

MB – Je suis favorable au vote électronique. Il permet de réduire les écarts entre Français de l’étranger résidant dans les grandes villes, avec un bureau de vote, et ceux qui vivent dans des territoires plus reculés (même s’il existe le vote par courrier). Je crois surtout que cela faciliterait le vote des jeunes. C’est d’autant plus important pour les législatives, élection qui a lieu seulement quelques semaines après la présidentielle et dont les gens peuvent ne pas percevoir aussi clairement les enjeux, alors qu’elle est capitale !

facebook.com/biurrunmartin

martinbiurrun.com

Twitter: @mbiurrun

instagram.com/biurrunmartin