Commémoration de l’armistice de la guerre 14-18

Comme traditionnellement, c’est au siège de l’Union Française des Anciens Combattants (UFAC), que se sont déroulés le 11 novembre dernier, la commémoration du 99ème anniversaire de l’armistice de la première guerre mondiale et les 100 ans de l’entrée des Etats-Unis dans cette guerre.

L’ambassadeur de France, Pierre-Henri Guignard, le consul général, Julien Bouchard, ainsi que l’attaché de défense, le lieutenant-colonel Pierre-Yves Dérangère, et les responsables de plusieurs services de l’ambassade étaient présents. Le Chargé d’Affaires de l’Ambassade des Etats-Unis, Tom Cooney, spécialement invité en représentation de son pays était également présent, pour commémorer l’entrée en guerre des Etats-Unis.  Parmi d’autres nombreuses autorités se trouvait aux côtés de l’ambassadeur de France, Jürgen Mertens, ambassadeur d’Allemagne, présence particulièrement symbolique en totale harmonie avec l’évolution, au sortir de la guerre 39-45, des relations entre les deux pays. L’entrée dans la première guerre mondiale des États-Unis fut déclarée le 6 avril 1917 par le président Woodrow Wilson, en représailles des attaques sous-marines perpétrées par les Allemands contre les navires commerciaux américains et également suite à l’affaire du « télégramme Zimmermann » dans lequel il s’avérait que l’Allemagne cherchait à négocier une alliance avec le Mexique contre les Etats-Unis. La cérémonie a débuté par les hymnes joués par la fanfare du régiment argentin des « Patricios ».  Le président des Anciens combattants, Serge Leteur, a ensuite pris la parole. Durant la cérémonie, trois lettres rédigées par des soldats à leur famille ont été lues par des enfants. Un ancien combattant a également lu un poème dont il était l’auteur. Avant la minute de silence, plusieurs dépôts de gerbes ont été effectués par le consul général, l’attaché de défense, le représentant américain Tom Cooney ainsi que par l’ambassadeur.

Pierre-Henri Guignard et Tom Cooney ont chacun prononcé un discours, honorant la mémoire des combattants. L’armistice, signé le 11 novembre 1918 dans un train de la clairière de Rethondes (forêt de Compiègne), a marqué la fin de cette première guerre mondiale, extraordinairement meurtrière  laissant derrière elle des millions de morts, de blessés et d’invalides. Un grand portait de soldats a été offert par l’ambassadeur français à la délégation américaine pour saluer l’amitié entre les deux pays. La cérémonie a été suivie d’un cocktail.

Faustine Luneau

Crédit photos : Faustine Luneau