Coopération décentralisée France-Argentine

Une journée de réflexion concernant la gouvernance des villes face au XXIème siècle s’est tenue ce lundi au Palacio San Martín avec, à l’honneur, l’expertise française en la matière.

« La coopération décentralisée en tant qu’outil de notre politique extérieure est un moteur qui nous permet de porter le développement à tous les niveaux de notre territoire pour une meilleure croissance de chacun des gouvernements locaux, de chaque région, de chaque mairie ». C’est par ces mots que le ministre des Affaires étrangères argentin, Jorge Faurie a ouvert ce lundi au Palacio San Martin la « Journée de coopération entre l’Argentine et la France, regards sur les nouveaux défis du XXIème siècle pour les divers gouvernements du pays». Rencontre dédiée à l’échange d’expériences avec des spécialistes français en planning territorial, urbanisme villes intelligentes, mobilité, transports… »

Et, s’adressant à l’Ambassadeur de France, Pierre-Henri Guignard, le ministre a ajouté, « en France, la coopération décentralisée a une énorme répercussion : elle est une référence incontournable aussi bien à Cachi dans la province de Salta, que dans la ville de Santa Fé ou encore dans les cités au cœur de la province de Buenos Aires».

Onze provinces, 20 municipalités et plus de cent fonctionnaires provinciaux ont participé à cette rencontre où il a été rappelé qu’une longue histoire d’idéaux communs lie les deux pays. Et que, lors de la visite du général De Gaulle en 1964, un accord de coopération avait été signé qui avait donné élan à plus de 50 ans de coopération technique, culturelle, scientifique et universitaire.

Six spécialistes français ont participé aux débats des sessions plénières et aux ateliers qui se sont déroulés pendant toute la journée concernant les thématiques de planning territorial, du nouvel urbanisme, des villes intelligentes, de la mobilité et du transport, des espaces publics, de la culture et de l’administration. Ces spécialistes venaient soit du CEREMA (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement), de l’IRD (Institut de recherche pour le développement), de l’Ecole supérieure de sciences politiques de Paris, de l’Institut pour la ville en mouvement, du Pôle des arts urbains, et de l’AFD (Agence française de développement)

Suzanne Thiais

* Photo (de gauche à droite) : le maire de Tres de Febrero Diego Valenzuela, l’ambassadeur de France, Pierre-Henri Guignard, le maire de Vicente López, Jorge Macri et la directrice générale de coopération internationale, Ana Ciuti