L’ambassadeur de France Pierre-Henri Guignard à la réunion du G20-Santé

L’ambassadeur de France en Argentine, Pierre-Henri Guignard a participé à la réunion du G20-Santé, qui a eu lieu à Mar del Plata, le jeudi 4 octobre’

Au nom de la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnes Buzyn, je viens de signaler au G20-Santé à Mar del Plata que la France est profondément engagée pour promouvoir une nutrition responsable et lutter contre l’obésité, ainsi que l’a rappelé Emmanuel Macron à New York”, a-t-il précisé après la réunion.

Selon la déclaration, tous les ministres de la santé des pays participants  ont réaffirmé leur engagement sur le développement durable, en prenant en compte la santé comme une des clefs pour atteindre ces objectifs partout dans le monde.

Pendant la réunion, les ministres ont échangé commentaires et informations sur la résístance antimicrobienne, la malnutrition infantile ainsi que sur tout ce qui a trait au surpoids et à l’obésité des enfants, le renforcement des systèmes de santé ainsi que la réponse des systèmes de santé aux crises et aux pandémies.

Guignard a également declaré qu’il a saisi “l’occasion du G20 Santé à Mar del Plata pour inviter les Etats-membres à participer à la 6ème conférence pour la reconstitution du fonds global, à Lyon, en octobre 2019, pendant la présidence française du G7”.

Une petite blague

L’ambassadeur a été la cible d’une blague sur son progre compte twitter. Avant le début de la réunion, il a publié une photo du dossier d’informations qu’il a utilisé, avec ces mots : “Je me prépare á participer au G20-Santé à Mar del Plata. Parmi d’autres sujets : lutte contre l’obésité…”. Sur la couverture du dossier, il y avait deux “alfajores” ! La réponse ne s’est pas faite attendre :  l’équipe du service économique régional de France en Argentine lui a répondu, toujours sur son  compte : “En même temps, Monsieur l’ambassadeur, John Maynard Keynes avait l’habitude de dire que l’unique certitude dans le long terme sur le plan économique, était  que chacun d’entre nous était appelé à mourir un jour. Alors, mangez des alfajores !”.

Ana Bórmida