Une répétition avant le jour J

La compagnie théâtrale Paris Baires, présente « Ҫa sent le sapin », vendredi 9 et samedi 10 novembre au lycée Jean Mermoz à 20h30.

L’ambiance n’est pas à la rigolade. On sent l’air imprégné de concentration, de sérieux. Une certaine tension, même, règne dans l’amphithéâtre du lycée Mermoz en ce lundi matin. Le silence studieux dans l’amphi contraste avec le bruit des enfants, dehors, à quelques mètres, en pleine récré.

Il faut dire que le compte à rebours est commencé pour la Cie Paris Baires composée de ses six actrices sans oublier Gwladys à la régie. Vendredi soir, lorsque le rideau se lèvera, elles seront sur les planches et cette fois-ci, il ne sera plus temps de tergiverser.

Alors, en cette matinée studieuse, on peaufine. Chaque scène est travaillée avec minutie. On s’arrête parfois sur un détail, un mot, une réplique, un geste. Il faut tout vérifier : le matériel, les costumes, la bande sonore, l’emplacement des unes et des autres, les objets du décor…Tandis qu’Anne, Roselyne, Hélène et Isabelle s’affairent sur scène, dans la salle sombre et vide, Amélie et Marie, les yeux rivés sur le script de la pièce, écoutent, scrutent, commentent et interrompent. On stoppe le jeu, on discute, on écoute, on corrige puis on reprend ; une fois, deux fois, trois fois jusqu’à obtenir le moment juste. Les scènes de la pièce défilent une à une. Le schéma reste le même. « N’oublie pas de…, Là il faut que…, Ah oui, très bien ! Mets-toi plutôt ici…, Bravo les filles ! »

Une fois la « répète » terminée, il faut ranger le matériel tout en se lâchant peu à peu. Moment de décompression. Pourtant, les commentaires sur ce qui vient de se dérouler, continuent encore et encore.

Anne dirige la compagnie depuis maintenant trois ans. Ce ne fut pas une mince affaire puisqu’il fallait se substituer à Milena Piccoli qui faisait partie du sérail. Pourtant, elle a repris le flambeau avec enthousiasme. Et ça marche ! La pièce, « Ҫa sent le sapin », qui sera présentée ce vendredi 9 novembre dans l’amphithéâtre du lycée Jean Mermoz, écrite conjointement par Franck Didier et Thierry François, sera sa quatrième mise en scène depuis qu’elle est à la tête de la troupe. Il y eut « Des filles et des fringues » en 2015 adaptée de « L’amour, la mort, les fringues » de Nora et Delia Ephron, « Art » de Yasmina Reza en 2016, excusez du peu, puis, l’an passé, « Vive la Colocation » de Daniel Levallois.

Comme le dit Anne, « A la tête de la troupe, oui, mais cela n’empêche pas que chacune a son mot à dire. Tout le monde intervient, agit, dispose de sa parole et s’exprime librement pour donner son point de vue. »

Bien que la pièce n’ait pas encore été présentée, on pense déjà à l’année prochaine car en effet, monter une œuvre demande beaucoup de temps d’autant qu’il faut souvent jongler avec les inévitables départs, deux de prévus cette année, et qu’il faut donc chercher de nouvelles actrices en herbe, s’adapter.

Contrairement aux pièces précédentes, celle-ci, plus légère, sera ouverte à tous les publics.

On ne peut dire qu’une seule chose, bonne chance pour vendredi. En tout cas, nous serons là pour passer un moment de détente et tâcher de comprendre le sens caché de ce titre qui interroge. Mais qu’est-ce qui sent le sapin ?

 

Jèrôme Guillot

– Pièce de Théâtre « Ça sent le sapin » par la Cie Paris Baires, vendredi 9 et samedi 10 novembre à 20h30, dans l’auditorium du Lycée franco-argentin « Jean Mermoz », Ramsay 2131. Pour tout public. Entrée gratuite.