Lycée « Jean Mermoz », un établissement d’excellence

Le lycée franco-argentin Jean Mermoz fêtera le dimanche 10 mars son cinquantenaire, 50 ans jour pour jour après l’ouverture officielle de l’établissement le 10 mars 1969.

Son originalité et sa singularité ont fait de ce lycée un point de convergence pour de nombreux français et francophones au fil du temps. Depuis des années maintenant, « Jean Mermoz » constitue une clef de voûte du biculturalisme franco-argentin, tant par les valeurs transmises que par la qualité des enseignements. D’après les mots du proviseur Joachim de Sousa, le lycée Jean Mermoz se veut être « un établissement d’excellence sans pour autant être élitiste », ouvert à tous, tourné vers la mixité et la diversité des élèves accueillis.

Allant de l’école maternelle au lycée, en passant par l’école primaire et le collège, cette maison d’enseignement reçoit environ 1500 élèves de tous horizons, chiffre en augmentation constante. Français, franco-argentins, argentins et bien d’autres nationalités évoluent ensemble au sein d’un même environnement.

Le lycée Jean Mermoz est géré par l’Agence pour l’enseignement du français à l’étranger (AEFE), rattaché au Ministère de l’éducation nationale français, mais relève également du point de vue académique de la direction générale de l’enseignement de gestion privée (DGEGP) de la ville de Buenos Aires. L’établissement fonctionne sur le système de classes à la française, toutefois la coopération franco-argentine a permis de mettre en place des programmes scolaires harmonisés pour tous les niveaux, afin de permettre aux élèves de préparer simultanément le Baccalauréat français et le « Bachillerato » argentin. Fort de son biculturalisme, les cours sont dispensés en français ou en espagnol, selon la matière, les deux langues sont ancrées au cœur de la vie sociale et académique de l’établissement. Au cours d’un entretien, le proviseur spécifie à Trait d’Union qu’il est possible pour un élève d’intégrer exceptionnellement l’établissement sans connaissance préalable de la langue française, si son niveau le lui permet. Fière de l’éducation que reçoivent les élèves, la direction précise qu’il s’agit d’un enseignement exigeant, constituant un solide bagage pour le futur. Il est, par ailleurs reconnu que le lycée Jean Mermoz arbore un atout indéniable : celui de transmettre les valeurs de l’éducation publique française.

L’établissement, partie intégrante du réseau AEFE, se trouve aux côtés des plus grandes institutions scolaires de la ville, et compte parmi les meilleures. Toutefois, étudier au sein de ce lycée à un coût, les frais de scolarité s’élèvent aux alentours de 5000euros par an pour un élève de collège. Il existe heureusement un système de bourses et d’aides pour aider les élèves économiquement démunis.

Un peu d’histoire….

Le lycée franco-argentin Jean Mermoz ouvre officiellement ses portes en mars 1969, néanmoins le projet est à l’étude dès 1964, grâce à une coopération franco-argentine renforcée. Le lycée doit principalement l’impulsion de sa création au Général de Gaulle et à Arturo Illia, respectivement présidents français et argentin de l’époque. La première pierre, la fameuse « piedra fundamental », fut posée par les deux présidents le 6 octobre 1964. Le lycée à gardé son emplacement d’origine, Ramsay 2131, le terrain ayant été donné à la France par la ville de Buenos Aires. C’est le premier proviseur de l’établissement, André Thévenin, qui accueille les premiers élèves dès 1969 et s’occupera dès lors de l’harmonisation de l’enseignement et luttera contre les injonctions de la dictature militaire pour bâtir les fondations de ce qu’est aujourd’hui cette maison d’études. Depuis 1969, 11 proviseurs se sont succédé à la tête du « Jean Mermoz » ainsi que 14 proviseurs adjoints.

A l’occasion de ce cinquantenaire, les associations d’anciens élèves et la fondation culturelle franco-argentine Jean Mermoz ont travaillé côte à côte pour créer « le Petit Mermoz Illustré », un ouvrage original sous format de dictionnaire d’une centaine de pages qui retrace les 50 années de la vie de l’établissement, en mots et en images. Le livre regorge de souvenirs, de photographies et de clins d’yeux dirigés aux anciens élèves, le tout en français et en espagnol. Ce « Petit Mermoz illustré » se veut comme une « machine à rêver » (R. Barthes) et en replongera plus d’un dans ses « années Mermoz ».

On y retrouve également un « Mermoz des noms propres », qui met à l’honneur les anciens proviseurs et directeurs de l’établissement qui se sont succédé au fil des ans.

 

Une plaquette complète sur le lycée à également été publiée (par la fondation culturelle franco-argentine « Jean Mermoz »), dans laquelle sont réunies toutes les informations concernant le fonctionnement éducatif, pédagogique et administratif de l’établissement.

Dimanche 10 mars, jour de fête….

La célébration du cinquantenaire se déroulera le dimanche 10 Mars au sein même du lycée, Ramsay 2131. L’accès sera réservé uniquement aux personnes munies d’une invitation envoyée au préalable par le lycée et l’association des Anciens Mermoz. L’évènement se déroulera de 11h à 17h : le rendez-vous débutera par les discours officiels, des inaugurations de salles aux noms du premier proviseur André Thévenin et du professeur de physique Jacques Chamson, tous deux aujourd’hui disparus, des présentations musicales seront proposées aux invités ainsi qu’un repas (payant) préparé par 12 chefs cuisiniers, tous parents d’élèves. Une magnifique occasion de revoir camarades, collègues et visages familiers au cours d’une journée festive.

Elhia Pascal-Heilmann

Partager sur