« Julio le Parc. Un visionario » : rétrospective au CCK

Trait-d’Union s’est rendu au Centro Cultural Kirchner (CCK) pour visiter la grande exposition qu’est la rétrospective de l’artiste argentin Julio le Parc.

Vacances d’hiver à Buenos Aires obligent, l’ancien “Correo Central” était bondé et l’exposition, prise d’assaut. Et pour cause, il s’agit là de la plus grande rétrospective jamais réalisée du travail de Julio le Parc. Pour ses 90 ans, le plus français des artistes argentins s’offre le luxe d’un espace d’exposition de plus de 3000 m², accueillant près de 160 oeuvres différentes, retraçant le travail d’une vie : une vie de travail et d’expérimentations avec la lumière, le mouvement, la peinture, la sculpture et les expériences interactives.

Julio le Parc est Argentin, il est né en 1928 dans la localité de Palmira, située dans la province de Mendoza. Dès 1942, sa famille déménage à Buenos Aires, l’année suivante il entre à la Escuela Nacional de Bellas Artes Prilidiano Pueyrredón, dont il sortira diplômé en 1955. Entre temps il enracine ses idéaux et engagements en observant des artistes tels qu’Antonio Berni ou Juan Carlos Castagnino. C’est en 1957 que sa carrière d’artiste prend un véritable tournant et qu’il se lance réellement dans le mouvement “op-art” et la mouvance cinétique. L’année qui suivra sera celle de son départ vers Paris, rendu possible grâce à une bourse obtenue de l’Etat français. Dès son arrivée, il fonde le Groupe de Recherche d’Art Visuel aux côtés d’autres artistes plasticiens et cinétiques comme Hugo Damarco, Denise René ou Francisco Sobrino Ochoa. Il construira par la suite la quasi-totalité de sa carrière à Paris et en France aux côtés de nombreux artistes ayant la même sensibilité que lui. Il expose depuis des années dans les plus grandes galeries et musées du monde, de New York à Rio de Janeiro en passant par Mendoza et Buenos Aires, il est reconnu comme étant un “visionnaire”, et un pionnier en matière d’art du mouvement.

La rétrospective du CCK est exceptionnelle à de nombreux égards, dans la mesure où elle offre au spectateur un aperçu plus qu’exhaustif de la vision et de l’expression artistique de Julio le Parc. On peut y apercevoir certaines de ses oeuvres les plus fameuses et même certaines jamais présentées au grand public. On y trouve des toiles, des sculptures, des mises en scène et même un espace interactif. Les différentes salles d’expositions du CCK offrent une perspective sur toutes les différentes thématiques de prédilection de l’artiste, à savoir : Superficies, Modulaciones, Luz, Relieves, Desplazamientos, Contorsiones, Móviles, Alquimias, Torsiones et enfin Juegos. 

En somme, une grande exposition à ne pas rater !

L’exposition sera présente au CCK jusqu’au 10 novembre 2019. Elle s’étendra par ailleurs jusque dans les salles du Museo de Bellas Artes à partir du mois d’août 2019.

Elhia Pascal-Heilmann

Partager sur