Première journée d’hommage aux victimes du terrorisme

Pour la première fois, la France rend hommage aux victimes du terrorisme lors d’une journée nationale décidée par le président Macron, ce 11 mars 2020.

Emmanuel Macron a prononcé un discours au Trocadéro, que l’ambassadrice de France en Argentine, Claudia Scherer-Effosse a en partie lu au cours de la cérémonie organisée à l’ambassade..

Cet hommage rendu aux victimes des actes de terrorisme a été organisé conjointement avec l’association AMIA (la Asociación Mutual Israelita Argentina), dont de nombreux membres ont été victimes d’un attentat à la voiture piégée en 1994. Après Claudia Scherer-Effosse, le président de l’AMIA, Ariel Eichbaum prenant la parole, a, entre autres, amèrement regretté que 26 ans après l’acte terroriste ne soit toujours pas jugé.   

Les messages essentiels de ces discours ont été ceux de l’unité et de la mémoire. 

Cette journée nationale, reprise dans les ambassades françaises du monde entier, se veut comme une réponse aux victimes, un avertissement aux groupes terroristes, ainsi qu’une promesse d’unité. Le courage des citoyens a été salué et décrit comme “une chaîne fraternelle, une chaîne solidaire”, de même que le travail des forces de police, des gendarmes, des pompiers, des secours, des militaires qui sont intervenus lors des attentats terroristes. 

“Aujourd’hui, la nation entoure les familles, les proches de ceux qui sont tombés, de toute son affection” Emmanuel Macron a tenu à rappeler que les droits des victimes de terrorisme étaient désormais équivalents à ceux des victimes de guerre.

Afin d’illustrer l’unité entre la France et l’Argentine contre le terrorisme, l’AMIA a offert à l’ambassade de France une photographie de deux survivants de l’attentat du Bataclan de Paris de 2015, une femme franco-argentine et un homme franco-espagnol, aux côtés d’un survivant de l’attentat de l’AMIA de 1994.  

Crédits photo : © Perrine Bontemps

Partager sur