La grande dame du Sud

« Victoria Ocampo tuvo algo que se ha perdido: el sentido aristocrático de la vida, que en griego se define como un sentido ético, un sentido estético y un sentido heroico, dar sin esperar nada a cambio, ni siquiera agradecimiento. »

« Victoria Ocampo avait quelque chose qui s’est perdu : le sens aristocratique de la vie, qui en grec se définit comme un sens éthique et un sens héroïque, donner sans rien attendre en retour, pas même une reconnaissance »

Maria Esther Vázquez

Victoria Ocampo (1890-1979) fut un symbole de Buenos Aires.
Ses initiales VO, ses singulières lunettes à monture blanche, restent des icônes. Ses divers ouvrages ont fait de l’Argentine un phare et un centre d’intérêt pour le monde de la culture. Elle fut la première directrice du Fonds National des Arts et la première femme de lettres argentine ayant été élue académicienne. Elle a excellé dans différents domaines : écrivaine, agent culturel, éditrice de la revue Sur et fondatrice de la maison d’édition SUR, elle a également parrainé la revue Lettres Françaises, dirigée par Roger Caillois.

Victoria Ocampo avait avec la France, outre sa langue et sa culture, des liens intimes qui lui permettaient d’écrire, de penser et de s’exprimer naturellement en français sans renier son identité sud-américaine. Nombre de ses textes comme écrivaine furent écrits et publiés en français bien que le grand public n’en ait eu connaissance qu’au travers de traductions en espagnol.

Victoria a aimé la France et cet amour a été partagé. Le gouvernement français l’a honorée de nombreuses distinctions : Chevalier puis Officier de la Légion d’honneur, Commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres (1962) et Médaille d’or du Rayonnement français (1965) de l’Académie française.

L’Association des Amis de Villa Ocampo (AVO) organise, pour la première fois, un atelier de lecture de quelques-uns de ses textes en français, conduit par la professeure Cecilia Verdi.

– 4 rencontres, les vendredis de 14h à 15h15, à partir du 24 septembre, en « présentiel » à Villa Ocampo ou sur plateforme zoom.

Prix $4000 : inclut lors du dernier vendredi une visite guidée en français de la maison.

Une magnifique occasion pour profiter du printemps à Villa Ocampo, résidence d’été de la famille Ocampo à partir de 1891, et demeure de Victoria de 1941 à 1977.

Victoria la donna à l’UNESCO en 1973.

La maison, entourée de beaux jardins, se trouve rue Elortondo 1837, a Béccar, Province de Buenos Aires. Le « Bistro de Jérôme » est ouvert, on peut y déjeuner ou prendre thé ou cafecito dans la galerie, avant ou après le cours (Consommation non incluse).

Renseignements : avocomunicaciones@gmail.com   Tél. : 11 3211 8376 – S’inscrire

 

 

Partager sur