La Francophonie en Argentine

Au cours d’une réception, lundi 21 mars, au Palais Ortiz Basualdo, dans le cadre de la semaine de la Francophonie, l’ambassadrice de France en Argentine, Claudia Scherer-Effosse, l’Ambassadeur de Tunisie, Mohamed Ali Ben Abid, le vice-chancelier argentin Pablo Tettamanti et le directeur de l’Institut français d’Argentine Lionel Paradisi-Coulouma se sont adressés aux divers acteurs de toute la communauté francophone et éducative de l’Argentine.

L’ambassadrice Claudia Scherer-Effosse a rappelé dans son discours les propos du Président de la République française et actuel président du Conseil de l’Union européenne, Emmanuel Macron, sur l’importance et l’extension du rôle de la France dans la promotion de la langue française.

“La Francophonie est un domaine dont la France, avec sa responsabilité propre et son rôle historique, n’est qu’une partie agissante, volontaire mais consciente qu’elle n’est pas seule à supporter le destin du Français.” Emmanuel Macron

En 2022, la France redouble les efforts pour promouvoir le multilinguisme et, sous nos latitudes australes, s’associe à l’activation des politiques éducatives au sens le plus large dans des domaines divers tels que l’intégration régionale, les droits des peuples autochtones, l’internationalisation de l’enseignement supérieur, la formation des enseignants et le rayonnement international de la science argentine.

Claudia Scherer-Effosse a annoncé le lancement d’une identité commune au groupe des ambassades francophones à Buenos Aires : la création d’un label Argentine Francophone (LabelFranceEducation) destiné à valoriser les établissements éducatifs argentins promouvant un enseignement de qualité de la langue française et la diffusion de la richesse culturelle de la francophonie. Un logo a été choisi pour marquer la présence francophone et son action sur le territoire national.

L’Argentine est membre observateur de l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie) depuis 2016. Cette année, l’OIF a adopté les couleurs de l’Ukraine, membre observateur de l‘organisation, au même titre que l’Argentine.

Depuis 2006, date à laquelle la loi sur l’enseignement supérieur en Argentine a été modifiée  et a rendu obligatoire l’enseignement d’une langue étrangère, on constate, malgré la prédominance de l’anglais, que le français a gagné en importance.

Rappelons qu’aujourd’hui, le français est la deuxième langue utilisée dans la diplomatie, la troisième dans le monde des affaires, la quatrième dans la communication internationale et pour l’utilisation d’Internet, et la cinquième en quantité de locuteurs.

La richesse culturelle qu’apporte la francophonie est manifeste, lorsque l’on prend en compte qu’elle est la langue officielle ou co-officielle dans 29 pays disséminés sur les différents continents.

Outre le Collège franco-argentin récemment baptisé, Adrienne Bolland et le Lycée franco-argentin Jean Mermoz, il existe, au niveau national, 9 (neuf) établissements certifiés LabelFranceEducation, citons : l’école Nicolas Avellaneda (Rosario), Pte. Roque Sáenz Peña (CABA), l’école Sofía Broquen de Spangenberg (Lengüitas)(CABA), l’école Juan Ramón Fernández (Lenguas Vivas) (CABA), l’école Juan Bautista Alberdi (Tucumán), l’Académie Argüello (Córdoba), l’école Plurilingüe Galicia (CABA), l’école Plurilingüe Delfina de Vedia de Mitre (CABA), l’école Plurilingüe República Francesa (CABA), et l’école Plurilingüe Olegario V. Andrade (CABA).

Soulignons en outre, le cas particulier de la localité de Pigüé, (Province de Buenos Aires) ,  qui, par convention, est astreinte à un enseignement obligatoire du français dans le primaire, pour tous les enfants de 6 à 12 ans, dans ses 5 (cinq) écoles publiques dépendant du ministère de l’éducation nationale.

L’Ambassadeur de Tunisie, Mohamed Ali Ben Abid, a souligné dans son discours le rôle de son pays dans la création du concept de francophonie (en 1970 les pères fondateurs furent Léopold Sédar Senghor, sénégalais, Habib Bourguiba, tunisien, Hamani Diori, nigérien et Norodom Sihanouk, cambodgien) et l’importance de consolider la position et les actions de la francophonie dans le monde, ainsi que sa capacité à répondre aux attentes des populations francophones.

Il a annoncé que le 18ème Sommet de la Francophonie, qui se tiendra les 19 et 20 novembre prochains, aura pour thème : « La connectivité dans la diversité et la solidarité dans l’espace francophone : La technologie numérique, un vecteur de développement et de solidarité dans l’espace francophone ».

Il a également indiqué que le prochain Forum économique francophone aura lieu à Djerba en Tunisie, pays où la langue officielle est l’arabe, mais dans lequel le français est parlé par plus de sept millions d’habitants et se trouve être la langue commerciale par excellence.

La langue française fait partie intégrante de la culture tunisienne, a-t-il ajouté. Djerba, qui s’appelait jadis « L’île des rêves”, fut l’une des escales d’Ulysse, dans ses voyages mythiques racontés par Homère dans l’Odyssée. Les anciens Grecs la décrivaient comme si belle qu’après avoir goûté ses fruits de miel, les marins ne voulaient plus la quitter.

« Djerba 2022 » pose le défi pour les pays du monde francophone de se pourvoir aujourd’hui en technologies nouvelles et pour l’avenir de promouvoir une croissance économique durable.

Enfin, pour conclure, un moment spécial a été accordé à l’association des anciens élèves du Lycée Franco-Argentin « Jean Mermoz » pour saluer les représentants des promotions 1972, 1982, 1992, 2002 et 2012 et leur actuelle présidente Andrea Guadalupe.  De nombreuses photos ont été prises des différents « Anciens Mermoz », qui avaient répondu à la convocation,

 

 

Partager sur