Français de l’étranger – Nouvelles

Enseignement français à l’étranger : La Cour des Comptes* a rendu une analyse de 172 pages concernant le réseau scolaire français à l’étranger « unique au monde » par « son ampleur, ses missions et sa répartition géographique ».

libros3

La cour constate que les tendances « dégagées par les précédents travaux se confirment »: désengagement de l’Etat (baisse continue es crédits publics alloués, et plafonnement du nombre d’agents de l’Education nationale détachés); hausse continue de la demande de scolarisation liée notamment à la hausse du nombre de Français installés à l’étranger (+3% par an) et une grande attractivité pour le « public étranger ».

Quel avenir ?

Selon la Cour, il n’est pas possible de se limiter à préserver un acquis puisque la demande augmente et qu’il est nécessaire d’investir pour rester concurrentiel sur le marché international de l’éducation. Le Choix du Ministère des Affaires étrangères de développer les établissements autofinancés et de renforcer la coopération éducative pose la question de l’homogénéité de la qualité de l’offre. La Cour pose un diagnostic sans nuance : « l’aide publique à la scolarité aurait vocation à augmenter, sauf à limiter le nombre d’ayant-droits ou à durcir les conditions d’octroi des bourses ». Elle appelle à résoudre rapidement l’équation de la proportion entre financements publics et financements privés.

En quelques chiffres : l’Agence pour l’Enseignement français à l’étranger (AEFE), c’est :

-494 établissements dans 136 pays (230 en gestion directe ou conventionnés; 264 autofinancés);
6513 agents rémunérés par l’Etat; 2103 personnels détachés;
-130.000 élèves français et 200.000 élèves étrangers bénéficient d’une scolarisation homologuée par le ministère de l’Education nationale;
– dépenses budgétaires de l’Etat: 492,1 millions d’euros; droits de scolarité reçus par les établissements: 1,8 millions d’euros.

Source: l’Hebdo indépendant du sénateur Robert del Picchia, sénateur des Français établis hors de France

*(Ndlr) : La Cour des comptes est une juridiction financière de l’ordre administratif en France, chargée principalement de contrôler la régularité des comptes publics, de l’État, des établissements publics nationaux, des entreprises publiques, de la sécurité sociale, ainsi que des organismes privés bénéficiant d’une aide de l’État ou faisant appel à la générosité du public. Elle informe le Parlement, le Gouvernement et l’opinion publique sur la régularité des comptes.

Partager sur