Des fêtes de fin d’année pas comme les autres

Cette année, nous nous sommes retrouvés seuls mon fils et moi et avons décidé de ne pas nous sentir isolés pour ces fêtes dans la liesse environnante.

Nous sommes partis pour Iguazú !… et pour bonne mesure nous avons décidé de passer 5 jours à l’hôtel Melia juste en face des « Cataratas »!

Les chutes d’Iguazú font partie des 7 merveilles du monde version nature, juste après la Baie d’Halons et l’Amazone. Ce site spectaculaire est situé dans un parc national qui lui sert d’écrin au milieu d’une végétation subtropicale. On y rencontre de nombreuses espèces animales et végétales protégées. A notre arrivée, quelle merveille! : la vue de l’hôtel est fabuleuse. Une immense piscine olympique à débordement, et juste en face les chutes mousseuses et scintillantes au soleil. Tout autour de nous la jungle exubérante, verte et volubile (mais oui il y a beaucoup d’oiseaux).

La chambre avec vue sur les chutes n’est pas mal…rien d’exceptionnel …mais la vue!! On oublie que la porte de la salle de bain ne ferme pas et qu’il n’y a qu’un sachet pour faire du café dans une cafetière classique… (Et oui, pour moi, c’est Nespresso….what else?). Qu’importe, nous partons pour une petite randonnée sur le circuit inférieur et c’est une merveille.

D’abord, la petite passerelle est tellement pratique, et propre, n’importe qui peut l’utiliser (j’y ai vu des fauteuils roulants et des poussettes), et le spectacle ne se fait pas attendre, vous êtes entourés de chutes bouillonnantes et bourdonnantes. Il y a, bien sûr, tous les photographes amateurs, mais vous êtes entourés de gens heureux dans un cadre exceptionnel. Nous avons marché tous les jours et nous avons découvert des paysages extraordinaires. Je veux seulement mentionner la « Garganta del Diablo » à laquelle nous accédons en petit train, puis passerelle.

En l’admirant, nous avons l’impression d’être perdus sur une autre planète. Nous nous sentons réellement tout petits entourés de ces eaux rageuses et grondeuses. Les yeux exorbités par ce paysage incroyable notre ouïe est également sollicitée par les gazouillis des oiseaux que l’on peut entendre malgré le vacarme tonitruant de ces chutes torrentielles (en décembre, saison des pluies, le débit des eaux est d’une puissance inimaginable).

Nous avons pris un camion et parcouru 5 km de jungle, captivés par les explications d’une guide expérimentée, puis nous avons pris un bateau à moteur (ce n’est pas écologique, je dois l’admettre) et nous sommes passés sous les chutes. Nous avons expérimenté une peur semblable à celle que vous avez sur le grand 8. L’adrénaline bouillonne en vous et les cris fusent autour de vous (un peu trop comme Disney Land, j’en ai peur)… mais quelle expérience!!!! Notre hôtel, le seul situé dans le parc naturel en face des chutes, a une vue inoubliable. Il a été « pré-inauguré » par le président Macri une semaine avant notre arrivée. Il a un potentiel vraiment fabuleux : toutefois nous avons été déçus par les prestations. Le restaurant en particulier n’est pas formidable : après avoir demandé une viande saignante et un poisson peu cuit (façon japonaise), on nous a servi deux semelles insipides…et le vin est arrivé bien après (ensuite nous avons choisi d’aller manger en ville….).
Au bar j’ai été surprise, après avoir demandé un « Irish coffee », de voir arriver une tasse de café au lait avec un peu de whisky….. Le personnel est toutefois très souriant et aimable. L’inauguration aura lieu dans 3 mois environ. J’espère que tout sera parfait à ce moment. Dans l’ensemble, ce voyage a été plein de bonheur et de gaîté. Les coatis (ratons-laveurs) effrontés, les précieux papillons bleus, les iguanes aventureuses, et les oiseaux tapageurs….que de rêves et de plaisir! Nous sommes revenus, émerveillés par cette nature somptueuse…et nous n’avons pas eu d’indigestion…

Résumé : 275 chutes d’eau, 3 km de long, un débit de jusqu’à 6 millions de litres d’eau par seconde… et les 80 mètres de haut de la Garganta del Diablo…

Bianca McMaster