Festival international de tango argentin à Toulouse

L’an dernier, pour son baptême, ce festival avait reçu près de 5000 personnes durant 5 jours du 1er au 5 juillet 2009. Pour ce deuxième opus, les organisateurs ont décidé de modifier les dates (7 au 11 juillet 2010) afin de se rapprocher du Festival international de tango de Sitges, petite ville proche de Barcelone, prévu du 14 au 18 juillet. Le but est de créer une offre plus complète pour les passionnés de tango, tout en permettant une collaboration entre deux évènements finalement assez proches.

Credit photo : www.la-croix.com

Credit photo : www.la-croix.com

Ce projet est appuyé par la Mairie de Toulouse qui se veut être une fenêtre sur la culture sud-américaine, au vu de son histoire avec cette région du monde, à travers l’Aéropostale ou Carlos Gardel, musicien mythique en Argentine, né dans la « ville rose« .

Les quelques vingt associations de tango que comptent Toulouse et ses environs sont associées à la fête, mettant à disposition des professeurs et des danseurs afin d’animer les activités, comme des cours d´initiation au tango ou des spectacles dans des bars ou autres endroits mis à disposition par la municipalité.

L’an dernier, la Mairie a financé le festival à hauteur de 20.000 euros alors que plus de la moitié des spectacles ou animations proposés étaient gratuits. Pour tous ceux qui ne désirent pas nécessairement danser, il reste des expositions de peintures ou de photos, des conférences ou des séances de cinéma sur le thème du tango ou plus généralement de l’Argentine et de Toulouse.

Si le programme de l’édition 2010 n’a toujours pas été édité, on peut s’en faire une petite idée en allant sur le site TangoPostal où l’on trouvera le programme ainsi que plusieurs informations et autres vidéos sur le festival précédent. Selon son président, Christian Couderette, la programmation du festival 2010 devrait être fixée vers la fin mars ou le début d’avril, mais l’on sait déjà que Carlos Gardel, né il y a 120 ans à Toulouse, sera la grande figure de ces festivités.

Jérôme Carrère