Laurent Moriceau, une rencontre entre l’art et la gastronomie

moriceau01Grâce aux efforts synchronisés de l’Ambassade de France, de la Direction générale des musées, du Musée d´art moderne, de l´Association des amis du Musée d´art moderne et de l´Alliance française, Laurent Moriceau a pu faire connaître ses installations aux Porteños. « Déguste, l´art de savourer différent » est une œuvre à deux volets : le premier « L’artiste diffus » présenté le 14 octobre au Musée d´art moderne et le second « Le vin des heures passantes », installé le 17 octobre à l´Alliance Française.

Au cours d´une conférence l’artiste a expliqué la nature de son travail. « Dans la première partie, « L’artiste diffus », j’ai proposé de déguster l’œuvre de l’artiste diffus. Ainsi le public coupait avec un couteau les parties de mon corps représenté en chocolat et attrapait des morceaux de gâteaux qu’ensuite il mangeait. Cette expérience déclenche une réflexion des relations entre les personnes, de l’inconstance et de la dissémination du corps. L’autre partie : « Le vin des heures passantes » était plus une expérience scientifique. Les visiteurs buvaient différents vins versés dans des verres par des bouteilles renversées. Ils devaient les goûter et les différencier le plus vite possible. Ce genre d’expériences nous a permis de connaître les comportements et les réactions de chacun ».

Puis il a parlé, en projetant des diapositives, des autres œuvres qu’il a présenté à travers le monde : en France, au Japon, en Belgique, à New York, etc., comme la « Galette des rois », « La sucettoise », « La jarretière », « Eva-Eva », « Les festivités de Marie Pierre », « L’album diffus » ou « Des moules à merveilles traditionnels ».

Il y a un rapport étroit entre ses œuvres et la gastronomie, qu’il a lui-même confirmé en soulignant : « Oui, la gastronomie et les outils de cuisine sont des choses qui m’intéressent beaucoup ».

Sans aucun doute, cet artiste transgresseur -comme il s’est lui-même défini- recherche et provoque une active participation du public.

Alicia María Marana Víttori

Partager sur
Mots-clés:,