A la rencontre des enfants de la Montagne

Considérée comme la porte d’entrée du plateau andin, la ville de Salta est aussi un pôle culturel du nord de l’Argentine. Excursion au Musée Archéologique de Haute Montagne, refuge des dernières merveilles que nous a offert la culture Inca : Les momies de Llullaillaco.

Situé sur la place centrale de Salta dans un bâtiment historique du XIXème siècle, le Musée Archéologique de Haute Montagne (MAAM) connait un succès grandissant depuis son ouverture en novembre 2004. En témoigne les longues queues qui se forment à l’entrée du musée où, même abrités par les arcades, les touristes se bousculent pour investir les lieux…

Mais pourquoi s’empresser de se rendre à un musée lorsqu’on visite une ville et une région qui regorgent de trésors coloniaux et de paysages à couper le souffle ? La réponse est simple : parce que ce Musée d’Archéologie de Haute montagne possède à lui seul le pouvoir de voyager dans le temps et de faire un bond de 500 ans en arrière… Son secret ? L’exposition de trois enfants Incas momifiés par le froid dans un état de conservation exceptionnel.

L’histoire andine s’écrit en majuscule au musée MAAM car derrière ces murs, on lève le voile sur un des derniers secrets de la culture Inca.

Enfants de la montagne

Offrande à la Montagne

Malgré le parallèle avec les autres civilisations précolombienne (Aztèques, Maya…), la question des sacrifices humains a suscité beaucoup plus d’interrogations chez les Incas. En 1999, la découverte de trois petits corps momifiés sur les hauteurs du volcan Llullaillaco (frontière Argentine Chili) a fini par mettre un terme à de nombreux débats. Exposés a tour de rôle par soucis de conservation, « La Niña del Rayo », « El Niño » y « La Doncella », matérialisent à eux seuls le rapport charnel qui unissait les Incas et la Pachamama (Terre-Mère).

Ces jeunes enfants d’à peine 6 ans (15 ans pour « La Doncella ») ont vécu au début du XVI ème siècle, peu avant l’arrivée des « conquistadores » espagnols. Sélectionnés pour leur beauté et pour leur appartenance aux riches familles de l’Empire, ils furent conduits chez le Grand Inca à Cuzco pour y être mariés au cours de cérémonies majestueuses. On les mena ensuite au sommet du volcan Llullaillaco, à presque 7000 mètres d’altitude, pour les enterrer en présence de leurs effets personnels ; des objets symbolisant la nature transcendante et religieuse de la culture Inca. L’offrande à la Montagne renforçait ainsi le lien sacré d’un peuple qui, aujourd’hui encore, fait corps avec sa terre natale…

Visite didactique et scientifique

Se rendre au MAAM ne se limite pas uniquement à la contemplation de ces trois joyaux Incas jalousement préservés. Cette rencontre inédite avec le passé se produit tout au long d’un parcours où le visiteur est plongé dans une ambiance typiquement andine.

Musiques, projections de films documentaires, exposition d’objets artisanaux d’époque et de photographies… Tout est mis en œuvre pour guider le visiteur vers les sommets des montagnes à la découverte de la culture Inca.

Par ailleurs, le MAAM propose aussi une appréciation scientifique des trésors archéologiques qu’il conserve. Les laboratoires, les bureaux d’études ainsi que les diverses salles d’exposition du musée offrent au visiteur des explications pointues à propos des recherches, des découvertes et des conditions de conservations des enfants momifiés et des objets d’art trouvés sur les sites archéologiques. Indépendamment des technologies modernes et des innovations en matière de muséographie, le MAAM reste avant tout un musée éducatif et un lieu profondément humain.

Enfants de la montagne2

En quittant l’ambiance solennelle qui règne entre ces murs, le visiteur clôturera son voyage dans le temps et regagnera la place centrale de Salta la tête pleine d’interrogations. Il est fort probable que les mystérieux « Enfants de Llullaillaco » ne sont certainement pas les derniers trésors que la culture Inca aura à nous offrir.

Partager sur
Mots-clés:,