Discours de réception du nouvel Ambassadeur Pierre-Henri Guignard

M. Pierre-Henri Guignard, nouvel Ambassadeur de France en Argentine s’est adressée à la communauté française : « La porte de cette maison, qui est la vôtre, vous est ouverte (…) vous y avez toute votre place »

_ab00253Ce mardi, à l’occasion de la remise de ses lettres de créances, l’Ambassadeur de France en Argentine Pierre Henri Guinard a déposé une offrande florale, à Plaza Francia, en hommage à ceux de nos compatriotes disparus. Il a ensuite reçu à l’ambassade les principaux représentants de la communauté française en Argentine

Après l’allocution d’ouverture et de présentation à charge du Consul général, Raphaël Trannoy, le discours du nouvel ambassadeur de France en Argentine a été surtout un message d’ouverture des portes de l’ambassade, et de ses différents services, aux Français résidents.

En présence de son épouse, Marie-Carmen Boué, – saluant au passage l’importance des conjoints et de tout le personnel de l’ambassade-, Pierre-Henri Guignard a longuement remercié pour leur travail les représentants des différentes associations françaises.

Au premier rang de celles-ci, il a cité les anciens combattants représentés en Argentine par l’Union Française des Anciens Combattants, « ça me fait toujours quelque chose de penser à ceux qui se sont battus pour notre pays, nous qui avons la chance de connaître seulement la paix. La Paix par l’union entre les nations et le travail des diplomates et n’oublions pas que ce sont souvent les militaires qui sont les premiers défenseurs de la paix. C’est un hommage profond que je veux leur rendre (…) ».

Citant ensuite les Conseillers consulaires élus, la CCIFA, les Conseillers du Commerce Extérieur, les Mariannes et l’Alliance Française … l’Ambassadeur a salué leurs différents mérites, « elles ( les associations) réalisent ici, chacune dans leur domaine de compétence, un travail remarquable »._ab00244

Il a naturellement évoqué sa rencontre quelques heures plus tôt avec le Président Macri, à qui il venait présenter ses lettres de créances comme le veut le protocole. « Le Président m’a rappelé que notre relation était assise sur une relation culturelle très, très, forte, dans ce pays où il y a 53 Alliances françaises, c’est extraordinaire ! Vous êtes nombreux ici à y travailler, je viendrais vous rendre visite (…) ».

S’agissant du tropisme argentin pour l’Europe en général et la France et la Francophonie en particulier, Pierre-Henri Guignard a rappelé que l’Argentine était entrée dans une procédure d’adhésion à l’organisation internationale de la francophonie (OIF), « une procédure qui sera probablement matérialisée lors du XVIème sommet de la Francophonie à Madagascar » (*). Et d’annoncer la prochaine visite d’André Vallini, le secrétaire d’Etat chargé du Développement et de la Francophonie, dont la présence en terre Argentine s’inscrira « dans la logique des rencontres entre les deux présidents et de la feuille de route qui a été signée entre les ministres des affaires étrangères (…) Nous sommes au travail, nous sommes véritablement les mains dans le cambouis pour faire avancer les relations entre nos deux pays ».

Grand communiquant, lui-même très présent sur les réseaux sociaux « comment ne pas l’être » a-t-il confié à la rédaction, Pierre-Henri Guignard a insisté sur l’importance de la presse et il a assuré les différents représentants des médias français « qui couvrent et analysent au quotidien cette relation franco argentine, de la disponibilité des services de l’Ambassade… cette maison doit être transparente pour vous (…), certes la diplomatie a besoin parfois d’une part d’ombre et je ferais tout pour la protéger, mais en revanche chaque fois que nous pourrons communiquer nous le ferons, parce qu’il est important que ce que nous faisons soit connu, su, partagé..  »

_ab00251Il a rappelé l’arrivée prochaine de France 24 en espagnol, « nous aurons la chance de voir l’ouverture du canal en espagnol sur ce continent et en particulier en Argentine. Nous veillerons à ce que de nombreux distributeurs reprennent le signal de France 24 (…) »

Comme le diable est toujours dans les détails, le nouvel ambassadeur de France a déjà constaté que la Plaza Francia était « quelque peu délaissée (…). Si une place porte le nom de notre pays, elle doit être à la hauteur de notre pays » a-t-il souligné et s’est engagé à en parler à Rodriguez Larreta, le maire de Buenos Aires, dès qu’il le rencontrera.

Les VIE (Volontariat International en Entreprise) n’ont pas été oubliés par l’ambassadeur qui a salué leur travail, « ils appuient notre action (..), ils nous servent mais ils se servent aussi en apprenant et en acquérant une expérience formidable. Je sais que la vie n’est pas toujours facile pour eux et certains l’ont exprimé de façon presque polémique avant de nous en parler (..) nous reparlerons des détails de leur situation, ils ont vis a vis de nous un certains nombre d’obligations et de devoirs et nous avons, nous, l’obligation d’être attentifs à leurs besoins et à leurs difficultés ».

Rappelant enfin les échéances électorales de 2017 en France, l’Ambassadeur a fait passer une petite page de publicité consulaire pour rappeler que l’inscription sur les listes électorales était possible jusqu’au 31 décembre et désormais réalisable en ligne !

En guise de conclusion, Pierre-Henri Guignard a rappelé que la réception se déroulait dans un climat sécuritaire actuellement particulier en France. Il en a appelé à la solidarité et la vigilance des ressortissants français, « sans tomber dans la paranoïa, soyons attentifs ensemble (…) autour des lycées, des alliances, notre drapeau est une cible pour de nombreux groupes (…) »._ab00248

Avant de laisser place aux conversations particulières et d’aller à la rencontre des acteurs de la communauté, l’ambassadeur a insisté une dernière fois sur la disponibilité et l’ouverture des services de la diplomatie française, « la porte de cette maison qui est la vôtre vous est ouverte. C’est votre maison, vous y avez toute votre place (…) ».

(*) Ndlr: qui aura lieu les 26 et 27 novembre 2016 à Antananarivo.

Graziella Riou

Partager sur