Toute l’actualité de la Bande Dessinée en France

La Bande Dessinée mérite son appellation de « 9ème art » tant ce mode d’expression, qui conjugue l’art du récit et le dessin, constitue un monde à part extrêmement riche et prolifique. S’y côtoient des auteurs devenus des classiques et de jeunes talents venus de tous les horizons, tant en termes de formation, que de culture ou d’origine géographique, renouvelant ainsi en permanence les codes et la tradition de cet univers. Un univers qui mêle l’onirisme futuriste à la Druillet, la fausse simplification des mangas, le western à la Blueberry, le classicisme du dessin belge, et les « comics » qui enchantent toutes les enfances. Voici, à l’occasion de la 33ème édition du festival de la BD qui s’est tenu à Angoulême en janvier *, un panorama de l’actualité de la BD en France.tintin-bis

A tout seigneur, tout honneur : dans la catégorie Jeunesse saluons le succès d’édition de Zep et son petit héros « Titeuf » qui continue de séduire les jeunes de 7 à 77 ans; Nadia se marie est son 10ème opus. On sera moins indulgent avec le dernier Astérix qui surfe sans grand talent sur la notoriété acquise par nos invincibles gaulois. On remarquera, en revanche, un nouveau venu prometteur dans l’univers de la BD Jeunesse, Ratafia de Frédéric Salsedo aux éditions Treize Etrange. Ratafia conte les aventures du capitaine d’un navire pirate, petit personnage décalé et attachant, dans un dessin classique, épuré et coloré, et avec de savoureux dialogues. Le 2ème tome vient de paraître.

Le 4ème tome de la série Le chat du rabbin, de Joann Sfar, confirme l’originalité de chat philosophe et religieux, habitant du quartier juif d’Alger d’il y a un siècle, et dont les interrogations existentielles sont toujours d’actualité. Enfin, pour ceux qui ne connaîtraient pas encore les aventures de Calvin et Hobbes, plongez sans résister dans cet univers empreint d’humour, de tendresse, et de philosophie : l’éditeur Hors Collection en édite une nouvelle version intégrale.

Difficile de faire l’inventaire parmi les publications pour adultes. Les séries permettent néanmoins de construire des scénarios solides au-delà des 44 pages d’un album isolé : Blake et Mortimer, XIII, Largo Winch font figure de valeurs sûres.

Dans la catégorie des polars historico-religieux, féconde en ces temps de bouleversements de nos repères dans le grand brassage de la mondialisation, Franck Giroud et Béhé chez Glénat entame avec Le légataire t.1 une série qui succède à Décalogue. Les deux séries restent relativement indépendantes; Tardi qui promène son style inimitable, un brin nostalgique, est de retour avec Le petit bleu de la côte Ouest.

Marjane Satrapi a fait irruption dans le monde de la BD au début des années 2000 avec l’album Persépolis. Un dessin en noir et blanc, un style d’écriture très lisse, au service de la description des pesanteurs de la vie iranienne. Une vision de l’intérieur qui parfois conforte, parfois bouscule nos idées reçues, nos points de vue occidentaux sur ces sociétés complexes. Sa dernière publication est Poulet aux prunes en 2005.
Par ailleurs, Vents d’Ouest publie un bel album Erminio le milanais de Amandine Laprun, Joseph Béhé et Erwann Surcouf, un récit de mémoires, très classique de facture, les souvenirs d’un instituteur dans une petite communauté sicilienne des années 60, où pèsent, entre église et mairie, toutes les conventions sociales.

Une catégorie avec le vent en poupe : les documentaires-reportages. Jean Teulé dans Gens de France chez Casterman fait preuve d’une grande maîtrise narrative. Et dans la série Le photographe (3 tomes chez Dupuis), Didier Lefèvre raconte son expérience de photographe auprès de Médecins sans Frontières dans l’Afghanistan de 1986, en guerre contre l’Union Soviétique.

« Je médite sur l’affrontement des religions en regardant mes pieds progresser dans la caillasse, la question prend l’apparence de la montagne que je gravis : aride, écrasante, immuable »

Pour terminer sur une note d’humour en sortant des sentiers battus, Les voisins du 109 de Bombardier et Coyote aux éditions Lombard, est une chronique sociale ancrée dans la réalité, qui décape les clichés à la mode, et nous attache à ses personnages un peu caricaturaux mais qui nous ressemblent tellement : la famille Moinot, Iggy et Luna, les voisins de palier, et tous les personnages hauts en couleur qui gravitent dans ce décor de HLM de banlieue.

*Cette année le grand prix de la ville d’Angoulème a été décerné à Lewis Trondheim, de son vrai nom Laurent Chabosy, né à Fontainebleau en 1964.

Silvia Cauquil

Partager sur
Mots-clés: