Une année de rencontres entre la scène culturelle locale et les artistes françaises

Jean François Gueganno connaissait déjà Buenos Aires. « Il y a quinze ans, j’ai été Directeur de l’Alliance Française au Paraguay, et tous les trois mois je prenais un vol pour Buenos Aires pour échapper à la chaleur et à l’humidité d’Asunción ». De cette expérience il garde un espagnol très clair et, bien évidemment, l’intérêt pour le paysage culturel Argentin.

Jean-François GuegannoCette fois, il revient comme Attaché culturel de l’Ambassade, dans le cadre d’une mission de trois ans. « Notre travail se concentre sur trois domaines : la diffusion des activités culturelles françaises, la coopération entre les institutions Argentines et Françaises, et l’ingénierie culturelle, c’est-à-dire, l’organisation des événements où la contribution de la France se révèle intéressante », explique-t-il tout en affirmant que le Service Culturel et de Coopération « n’est, toutefois, pas un guichet ouvert à n’importe quel projet culturel« . « Au contraire, on travaille sur des propositions dynamiques, en prenant en compte les besoins, désirs et demandes des acteurs culturels locaux. »

Cela étant précisé, il parcourt les grands moments de l’année qui vient de commencer, et qui sera particulièrement riche en échanges et rencontres d’artistes. « En mars nous aurons la visite de Jean-Guillaume Bart, danseur étoile de l’Opéra de Paris, qui a été invité par le Théâtre Colon, et vient travailler sur un partenariat entre les deux institutions ». Dans le domaine de la danse contemporaine, le chorégraphe Jérôme Bel, auteur notamment de l’ouvrage « The Show must go on« , viendra conduire un séminaire-atelier à l’IUNA (Instituto Universitario Nacional de Arte). Début mai, l’artiste conceptuelle Sophie Calle sera présente lors du vernissage de la mise en scène de « Douleur exquise« , une de ses œuvres les plus connues. Emilio Wehbi et le collectif d’artistes « El Periférico de Objetos » ont travaillé sur cette pièce, qui se présente pour la première fois sur la scène locale.

Un peu plus tard dans l’année, pendant le « Salon Internationale du Livre » (24 avril – 12 mai), l’Ambassade de France présentera en partenariat avec celles d’Allemagne, de Grèce et de Slovénie un stand sur les « écrivains passeurs de frontières, c’est-à-dire, les auteurs qui ont adopté, pour écrire, une langue différente de la leur ». Dans le cadre de cette proposition Vassilis Alexakis (écrivain grec, qui a écrit une grande partie de son œuvre en français) et Brina Svit (écrivain Slovène) participeront à ce rendez-vous international.

En ce qui concerne les arts plastiques, Jean-François Gueganno promet plusieurs grandes visites pour l’année. Tout d’abord, le 14 mars, l’Ambassadeur de France, sera présent lors du vernissage à Calafate de l’exposition de photographies « La Patagonie de Walter Roils« . Il s’agit d’une collection de photos d’archive, la plupart de la province de Santa Cruz, qui a été reçue avec un énorme succès au « Festival International de Photographie d’Arles« , et fera le tour de l’Argentine durant 2008. En mars également, nous recevrons la visite de Georges Rousse, photographe français, lors de la présentation au Museo Nacional de Bellas Artes de « Signes d’existence« , une exposition qui regroupe les travaux de plusieurs photographes d’Argentine, du Chili et de la France. « Dans le cadre de cette visite, M. Rousse prendra des photos dans des installations industrielles abandonnées à Buenos Aires, Bahia Blanca et Rosario. Une sélection de ces photos sera inclue dans un de ses ouvrages actuels. » Et finalement, en août, pendant le « Festival de la Lumière », Samuel Bollendorf, photographe Français, et Samuel Fosso, photographe Africain, viendront présenter leurs travaux.

Martín Fossati

 

Partager sur