Conférence d’Hervé Le Treut

Samedi 5 août au CCK (Centro Cultural Kirchner), Hervé Le Treut a donné une conférence riche en enseignements sur le changement climatique. Après avoir alerté le public sur le diagnostic alarmant du réchauffement climatique planétaire, il a évoqué les prévisions futures et démontré l’importance d’agir pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

L’Institut Français d’Argentine et le CCK ont invité le chercheur français Hervé Le Treut – directeur de recherches au CNRS, professeur à l’Université Pierre et Marie Curie et à l’École Polytechnique, directeur de l’Institut Pierre-Simon Laplace et membre de l’Académie des Sciences – à donner une conférence sur les accords de Paris pour le climat et leurs conséquences pour la communauté scientifique qui se retrouve à devoir faire face à de nouveaux défis. Cette conférence a eu lieu dans le cadre de l’exposition « Naturaleza : refugio y recurso del hombre  » : exposition qui aborde des thèmes comme la nature, ses ressources, le présent et le futur de la planète et l’impact sur l’être humain.

La conférence a duré presque deux heures et s’est déroulée en deux temps, une heure de présentation par Hervé Le Treut sur ses recherches et les travaux qu’il a réalisés au sein de l’Institut Pierre-Simon Laplace, suivie d’une heure de questions-réponses avec l’auditoire.
Le chercheur a commencé par exposer le diagnostic alarmant du réchauffement climatique ainsi que les problèmes qu’il génère en s’appuyant sur des photos et graphiques réalisés par différents centres de recherche. Il a insisté sur la responsabilité de la communauté scientifique dans la recherche de solutions en raison de la rapidité du phénomène, tout en soulignant que le réchauffement climatique n’impactait pas seulement les sciences dures, mais également les domaines des sciences sociales, politiques et environnementales, et n’épargnait personne. Il a ensuite présenté les différentes solutions possibles, ainsi que les difficultés que chacune d’elles pose, et mis en avant l’importance de l’échelle locale dans la prise de décisions pour lutter contre le réchauffement climatique.

Hervé Le Treut a ensuite abordé le thème principal de son intervention : la COP21 et les Accords de Paris. En effet, depuis la première Conférence des Parties qui s’est déroulée à Berlin en 1995 (COP1), les différents pays se rencontrent chaque année pour essayer de trouver des solutions autour du problème climatique. La 21ème édition a eu lieu à Paris en novembre 2015, plus connue sous le nom de COP21, et a donné lieu aux Accords de Paris sur le climat signés par presque tous les pays du monde, qui se sont ainsi engagés jusqu’à 2030. Ces accords prévoient de contenir le réchauffement climatique en dessous de 2°C par rapport au niveau préindustriel, de réduire l’investissement dans les énergies fossiles, et d’atteindre la neutralité carbone ce qui signifie zéro émission de gaz à effet de serre. La communauté scientifique se trouve donc confrontée au défi de trouver les moyens les plus efficaces et rapides d’atteindre ces objectifs.

Le petit auditorium, de près d’une centaine de places et rempli aux deux tiers, offrait une ambiance chaleureuse et favorable à l’échange avec le public. Plus d’une dizaine de questions ont été posées, touchant à tous les domaines, allant de la transformation des moyens de production pour les rendre moins polluants à l’impact de la consommation de viande ou des éruptions volcaniques sur le réchauffement climatique, en passant par les émissions de méthane et le problème de l’urbanisation. Hervé Le Treut a su capter l’attention d’un public particulièrement sensibilisé au grave problème de la pollution, dans notre monde moderne.

Faustine Luneau

Partager sur