« Dos son familia » à l’Alliance Française : un public conquis, entre rires et larmes

Mardi 15 août, l’Alliance Française projetait dans une salle comble l’avant-première en Argentine du film français « Dos son familia » (Demain tout commence) qui sortira dans les salles argentines le 31 août prochain.

Une demi-heure avant le début de la séance, il y a déjà une file d’attente qui s’allonge devant les portes de l’Alliance Française, avenue Córdoba. Les spectateurs, de tous âges, en majorité des français et des francophones mais aussi de quelques porteños authentiques, sont nombreux à être venus assister à l’avant-première du film d’Hugo Gélin.

L’auditorium se remplie entièrement avant l’arrivée des derniers retardataires qui devront malheureusement faire demi-tour en raison du manque de place.

« Dos son familia » est une comédie dramatique française réalisée par Hugo Gélin qui raconte l’histoire de Samuel dont la vie est bouleversée le jour où l’une de ses anciennes conquêtes, Kristin, lui laisse leur bébé, une petite fille de quelques mois appelée Gloria. Ne se sentant pas prêt à être papa, il désire rendre l’enfant à la maman, et part à Londres pour la retrouver. Mais n’y parvenant pas, il finit par élever sa fille seul en père idéal pendant 8 ans, jusqu’à ce que la mère de Gloria réapparaisse avec la ferme intention de récupérer sa fille.

Ce film, qui avait été un gros succès en France, semble avoir également conquis le public de Buenos Aires présent à l’avant-première qui a ri et même versé quelques larmes. Fidèle à lui-même, le chouchou des français Omar Sy a su mêler humour et émotion, comme il y était déjà parvenu avec sa prestation au côté de François Cluzet dans « Intouchables », film original du « remake » argentin « Inseparables ». Il interprète ici le personnage drôle, attachant et touchant de Samuel, un père immature mais très aimant, malgré les conditions dans lesquelles il s’est vu confier la fillette. Entouré d’un casting qui apporte tout son charme au film, notamment l’acteur canadien Antoine Bertrand qui arrache quelques sourires et Gloria Colston époustouflante et pleine d’énergie dans le rôle de la fillette, bien plus mature que son père sous certains aspects. Clémence Poésy interprète la mère de l’enfant, une femme perdue et compliquée avec un jeu convainquant qui vient bouleverser l’histoire. Ce scénario poignant écrit par Hugo Gélin, Mathieu Ouillon et Jean-André Yerlès tient en haleine jusqu’au dénouement tout en émotion.

Après avoir reçu de très bonnes critiques en France en décembre 2016, la séance de mardi à l’Alliance Française s’est de nouveau terminée sur les applaudissements du public, ce qui semble promettre un bon départ pour la prochaine sortie du film dans les salles argentines.

Faustine Luneau