Tour d’horizon des mesures proposées par les candidats à l’élection présidentielle de 2017

Trait-d’Union présente une brève synthèse des mesures phare des cinq favoris selon les sondages, François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon, concernant les trois domaines principaux que sont : modèle de société, économie et place de la France dans le monde. Certains points se retrouvent chez plusieurs candidats, d’autres par contre peuvent être diamétralement opposés. Concrètement, que proposent donc les cinq principaux présidentiables – présentés par ordre alphabétique – pour le futur quinquennat ?

candidatomacronEmmanuel Macron… La France doit être une chance pour tous 

La personne

Élève d’un établissement privé catholique d’Amiens, il poursuit ses études à Paris au lycée Henri-IV puis passe à deux reprises, sans succès, le concours d’entrée à l’École normale supérieure. Pas de quoi l’arrêter, diplômé à 24 ans d’un DEA de philosophie à l’université Paris-Nanterre et de l’Institut d’études politiques de Paris, il finira à l’ENA de Strasbourg. Il sera affecté à l’Inspection des finances; d’abord en tant qu’inspecteur adjoint, puis en 2007, en tant que chargé de mission auprès du chef de service de l’Inspection générale des finances. Il quitte le domaine public un an plus tard afin d’intégrer la banque Rothschild ; il a alors 30 ans.

Côté politique, il est l’incarnation de la gauche libérale. Il adhère au parti socialiste en 2006 et rejoint en 2010 François Hollande lors de sa campagne pour les présidentielles. Après la victoire de ce dernier, il est choisi comme secrétaire général adjoint de l’Élysée, puis en août 2014, il sera nommé ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique dans le deuxième gouvernement de Manuel Valls. Il est à l’initiative de la très polémique « loi Macron » passée de force via l’article 49.3 de la Constitution, dont l’une des mesures est l’autorisation de travailler le dimanche. Deux ans plus tard, il démissionne de son poste pour annoncer quelques semaines plus tard sa candidature aux élections présidentielles de 2017 avec la création de son propre parti « En Marche! ». Tout au long de sa campagne, sa femme Brigitte Macron, de vingt son aînée, lui est d’un grand soutien, il l’avait rencontrée alors qu’il était élève au lycée et elle, son professeur de français.

Propositions

L’ancien ministre de l’économie de François Hollande brosse un programme teinté de nettes caractéristiques centristes.  Pour ce qui est de l’écologie, il compte réduire la part du nucléaire à 50 % de la production d’électricité, développer les énergies renouvelables, interdire les gaz de schiste et fermer les centrales à charbon. Il ne s’oppose toutefois pas aux traités européens qui permettent l’utilisation de produits chimiques dans l’agriculture. Quant à l’Europe qui pour lui est un « acquis essentiel », il songe à la « démocratiser » tout en la renforçant en protégeant ses frontières et sa sécurité. Il souhaite rester dans l’OTAN mais refuse l’entrée de nouveaux pays-membres, tandis qu’il est favorable à un élargissement du conseil de sécurité de l’ONU avec l’intégration de nouveaux membres permanents.

En France, Emmanuel Macron souhaite maintenir le flux actuel de migrants et entend faire de la maîtrise de la langue française le principal critère d’obtention de la nationalité. S’agissant de l’insécurité et de la menace terroriste sur le territoire, il souhaite élever le budget « Défense » à 2% du PIB, restaurer un service militaire obligatoire d’un mois, recruter 10000 policiers et gendarmes et rétablir une police de proximité.

A l’école il désire fomenter l’acquisition des « fondamentaux »*

Pour ce qui est du travail des Français, l’ancien ministre souhaite demeurer aux 35h hebdomadaires tout en permettant le dialogue social entre entreprises et salariés et un régime de retraite unique. Il ne toucherait par contre pas à l’âge actuel de départ à la retraite. Pour lui,  la fiscalité ne doit pas freiner la relance économique,  il est favorable à la baisse du coût du travail et à l’impôt sur les sociétés, à l’augmentation de la CSG (Contribution Sociale Généralisée), prélèvement obligatoire qui participe au financement de la sécurité sociale, mais ne toucherait pas à la TVA..

Quant aux Français de l’étranger, Emmanuel Macron veut élargir les possibilités d’accès à l’enseignement français, améliorer la fiscalité (CSG/CRDS) et la protection sociale, instaurer le vote électronique et mettre en place toutes sortes de simplifications administratives.

* « fondamentaux », dans l’enseignement du français : grammaire et orthographe. 

Sources :

https://en-marche.fr/emmanuel-macron/le-programme

https://atelier.leparisien.fr/tableau-de-bord-presidentielle-2017/programmes#

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/03/20/presidentielle-quels-sont-les-programmes-des-cinq-principaux-candidats_5097681_4854003.html