L’Argentine ouvre ses portes au plus grand raid en véhicules électriques du monde

Jeudi 7 décembre dernier, à l’Ambassade de France, se tenait la conférence de presse pour la présentation de « The Green Expedition », le plus grand raid en véhicules électriques au monde, qui aura lieu en Argentine en avril 2018.

Fidèle à son intérêt pour les questions environnementales, l’Ambassadeur de France en Argentine, Pierre-Henri Guignard, qui avait officié en tant que Secrétaire Générale de la COP21, a accepté d’accueillir cette conférence de presse au Palacio Ortiz Basualdo. Pour l’occasion, le Ministro de Ambiente y Desarrollo Sustentable, Sergio Bergman, était présent.

L’Atypik Travel Organization organise aujourd’hui une soixantaine de raid dans le monde entier, dont les pays bordant les Andes comme le Pérou, le Chili, la Bolivie et l’Argentine. Elle a pris la suite de SojaSun, producteur breton d’aliments à base de soja, qui avait créé en 1990 un département chargé d’organiser des raids dans le but de promouvoir ses produits. Elle a décidé aujourd’hui de se lancer un nouveau challenge : réaliser un raid laissant la plus petite empreinte écologique possible. Baptisé « The Green Expedition », le raid aura lieu du 9 au 28 avril 2018 en Argentine. L’objectif de l’aventure est de parcourir 5000 kilomètres en 20 jours à bord d’une voiture, d’une moto ou d’un vélo électrique. L’équipe remontera toute la route 40, de Rio Gallegos a Salta, faisant de cette expédition le premier raid en véhicule électrique réalisé en Amérique du Sud et le plus grand au monde. Un véritable défi puisque la région est totalement dépourvue de bornes de recharge. Ils utiliseront le réseau public d’électricité de villes ayant acceptées de leur donner l’accès, tous les 200 kilomètres environ le long de la Route 40. Les organisateurs ont dû travailler avec les constructeurs automobiles pour tenter d’augmenter au maximum l’autonomie des véhicules. Ainsi, seules certains modèles auront le droit de participer à l’aventure comme la Tesla, la Renault Zoé, la Nissan Leaf, l’E-car 333 ou la moto Eve Motorcycle Dynampics. En plus de l’utilisation de véhicules propres, les participants devront gérer proprement leurs déchets, loger dans les infrastructure hôtelière locales, etc., afin de polluer le moins possible. « The Green Expedition » sera également une entreprise solidaire car les participants s’arrêteront dans des écoles afin de promouvoir le respect de l’environnement et les comportements écologiques, avec la Fondation Ruta 40.

Coïncidant avec l’aspiration au développement durable de SojaSun – l’entreprise laisse des véhicules électriques et des bornes de recharge à disposition de ses employés et la fondatrice roule en voiture électrique depuis déjà 15 ans -, l’entreprise a immédiatement accepté de collaborer. Ce projet est hautement appuyé par le Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire français, Nicolas Hulot, ainsi que son homologue argentin, Sergio Bergman, et a obtenu le soutien de nombreux organismes comme Business France, la CCI France-Argentine et l’AAVEA (Asociación Argentina de Vehículos Eléctricos y Alternativos), en plus de l’Ambassade de France en Argentine.

A l’arriver à l’Ambassade, une voiture Renault Twizy électrique était exposée dans le hall d’entrée. Le ministre argentin Sergio Bergman, très curieux, a eu l’opportunité de l’essayer faisant une démonstration de la discrétion de ces véhicules électriques qui n’émettent aucun bruit. La conférence a ensuite commencé avec un discours de l’Ambassadeur de France qui a rappelé fièrement que, avec une part des ventes établies à plus d’1% soit 27300 immatriculations en 2016, la France est aujourd’hui le premier marché du continent Européen, devant la Norvège et l’Allemagne, en ce qui concerne la production de voitures électriques. Il a ensuite tendu le micro à Sergio Bergman qui a lui aussi insisté sur l’importance de la participation de chaque pays à la réduction des émissions polluantes sur Terre. L’Argentine ferait aujourd’hui face à un changement culturel progressif issu de la société civile, en faveur de l’accroissement des efforts en matière d’écologie. Après une petite vidéo de présentation de l’expédition, Bruno Ricordeau, ancien ingénieur de l’industrie automobile et fondateur d’Atypik Travel Organization, a expliqué le projet avec l’aide d’un des pilotes qui participera à « The Green Expedition » à bord d’une moto électrique, Bastien Hieyte, Champion de France de moto trial. Lui aussi touché par l’enjeu écologique, il concourt lui-même avec une moto trial électrique et se bat pour que se développe les véhicules électriques. La réunion s’est terminée avec quelques mots rapides prononcés par le président de l’AAVEA, Mariano Luis Jimena.

Aujourd’hui, sept coureurs sont déjà inscrits, des Français et Belges, dont Bastien Hieyte et l’alpiniste et skipeur Eric Loiseau. L’organisation espère encore obtenir d’autres inscriptions dont celles d’entreprises argentines. Une discussion serait par exemple en cours avec l’Enterprise suisse Energie360°.