Avant-première du film « Misterios de Lisboa »

« Mystères de Lisbonne » est un film-fleuve nouant les destins de parfaits inconnus entre l’Italie, la France, le Maroc, le Brésil et le Portugal. Peines d’amour perdues dans la noblesse portugaise du XIXème siècle ou le destin épique de générations sacrifiées.

mysteres-de-lisbonne-misterios-de-lisboa-20-10-2010-7-gUn homme meurt à Rio de Janeiro, laissant un manuscrit qui commence ainsi : « J’avais quatorze ans et je ne savais pas qui j’étais… « . Ce récit compte deux histoires qui s’entremêlent. Celle de Pedro Da Silva, orphelin élevé par un prêtre, qui s’avère être le fruit d’amours contrariées au sein d’une des plus grandes familles portugaises. Il retrouve sa mère peu de temps, avant que celle-ci ne s’enferme définitivement au couvent, et passera sa vie à reconstruire le fil de son identité. Il croisera au cours de sa quête : un assassin professionnel reconverti en homme d’affaires magnanime, une vendeuse de morue devenue sainte après avoir empoisonné son mari et prostitué sa fille, une comtesse solitaire avide de vengeance… Quant au dévoué père Dinis, à qui Pedro Da Silva doit la vie, on le retrouvera tantôt sous les traits d’un gitan.

Les intrigues, successives et orchestrant cependant des réapparitions, s’accrochent les unes aux autres comme les excroissances aventureuses -surprise des tours de la fiction- et pourtant préméditées -justesse des rebondissements- d’une vaste toile d’araignée.

Quand un immense réalisateur tel que le chilien – d’origine, puis naturalisé français- Raúl Ruiz, considéré comme l’un des plus grands au monde, décide de s’attaquer à un roman fleuve de l’écrivain portugais Camilo Castelo Branco, considéré comme une sorte d’équivalent lusitanien de Victor Hugo ou Honoré de Balzac, cela donne forcément une œuvre hors du commun.

Production française et portugaise, avec Adriano Luz, Maria João Bastos, Ricardo Pereira et Léa Seydoux.
Dans l’Auditorium au siège de l’Alliance Française, Córdoba 946, mardi 31 mai à 18h30. Entrée libre et gratuite. Version originale sous-titrée en espagnol.

En raison de la longueur du film (4h32), la projection est divisée en deux parties séparées par un entracte.

Partager sur