Mendoza: la vie est un long fleuve tranquille

Au pied de la Cordillère des Andes, Mendoza est une très belle ville provinciale avec des avenues ombragées bordées de canaux (acequias) et des places et parcs bien entretenus… Fondée en 1561 par les Espagnols, Mendoza doit son nom au premier gouverneur de la ville. Les tremblements de terre successifs ont détruit la plupart des bâtiments anciens ; la ville en a gardé quelques vestiges mais a un aspect contemporain.

Aujourd’hui la région de Mendoza compte près de 600 000 habitants. L’économie est basée sur l’agriculture et l’industrie. Le tourisme connaît un véritable essor, fondé tant sur la beauté des paysages que sur les possibilités d’activités de tourisme d’aventure, l’attrait de la gastronomie –la route du vin, la fête des vendanges– et le tourisme thermal. La proximité de stations de ski permet de profiter aussi de Mendoza en hiver (Vallecito, Penitentes et Las Leñas).
A Mendoza même, les rues piétonnes invitent à se promener, en suivant le rythme « mendocino » : la sieste est obligatoire en été et les boutiques ouvrent l’après-midi vers 17 heures ! Le marché central est un paradis pour les gourmands, on peut aussi découvrir les beaux parcs –Parc San Martín et le Parc O’Higgins–, les ruines de l’église San Francisco et la nouvelle basilique ou encore les différents musées : Solar de la casa de San Martín, musée d’art moderne, le musée de l’œnologie et du vin « Emilio Civit » et, bien sûr, la Casa Fader à Chacras de Coria. La « terraza del Palacio Municipal » permet par beau temps d’apprécier le paysage des alentours. En mars, la fête des vendanges attire des touristes venus de partout. Il faut réserver très à l’avance !

De nombreuses excursions sont possibles autour de Mendoza. Les circuits classiques sont Gran Mendoza, Zona Este, Valle de Uco, San Rafael et Malargüe. Il faut avoir une voiture ou s’adresser aux agences de tourisme d’aventure.
Gran Mendoza : au nord-ouest, on peut aller à Villavicencio où se trouve un imposant vieil hôtel aujourd’hui malheureusement fermé. C’est le point de départ de l’ancienne route vers le Chili. La nouvelle route est un très beau parcours (Laguna de los Horcones, vue sur l’Aconcagua, Puente del Inca) ; l’été on peut même pousser jusqu’au « Cristo Redentor ».
A l’est : au nord-est de Mendoza, s’ouvre la route du désert. On peut y découvrir des églises anciennes (villages d’Asunción et San Miguel) et profiter l’été des fêtes folkloriques.
Au sud–est, les rivières permettent toute sorte d’activités de tourisme d’aventure (Potrerillos) et thermales (thermes de Cacheuta). C’est aussi une importante zone de vignobles.
La vallée de l’Uco offre de merveilleux paysages avec le volcan de Tupungato et le « Cordón del Plata » montagnes aux neiges éternelles. Les différents cours d’eau ont permis un magnifique oasis où se développe la culture des fruits et de la vigne. On peut y faire de belles promenades à cheval (volcans de Tupungato, Tupungatito et Bravard), pêcher (près de San Carlos) visiter la « Laguna del Diamante » aux eaux vertes, à 3000 mètres au-dessus du niveau de la mer où s’écrasa l’avion de Guillaumet, ou enfin aller jusqu’à Tunuyán au « Manzano histórico », d’où partent en été les expéditions à cheval pour la traversée de la Cordillère.
San Rafael : au sud-ouest de Mendoza, la vallée et le Canyon de l’Atuel offrent un spectacle géologique intéressant et permettent de multiples activités nautiques.
Malargüe : le circuit classique passe par la vallée de Los Molles, « pozo de Anima » (dépression de 130 mètres), « Laguna Niña Encantada», Las Leñas, ou bien on peut visiter «Cuevas de las Brujas » (galerie souterraine de 5000 mètres) et faire un peu de spéléologie !

 

Partager sur